page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Budget 2011 du Conseil général de l'Aube

Obligations remplies, capacité à investir préservée, mais l'équilibre est précaire.

Réuni en séance publique pour sa première session ordinire de 2011, les 24 et 25 janvier, le Conseil général de l'Aube a voté son budget primitif 2011.

Premiers effets bénéfiques du plan de sauvegarde lancé à l’été 2010...
Le Conseil général de l’Aube :

  • accomplit toutes ses missions obligatoires : collèges, routes, action sociale…
  • consolide son autofinancement
  • met en chantier 4 grands équipements : l’auditorium, 2 bâtiments pour les écoles d’ingénieurs EPF et UTT, la rénovation du collège Langevin à Romilly-sur-Seine
  • conserve ses ambitions –y compris en matière de sport et de culture.

Le tout, sans hausse de la fiscalité et en limitant l’emprunt.
La prudence reste de mise, dans l’attente des solutions de l’Etat aux questions de solidarité nationale (prise en charge de la dépendance).

Rapport positif de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l'Aube

"Situation financière saine, réussite dans le transfert de compétence, maîtrise des procédures de l'achat public"
Rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur la gestion du département de l’Aube
Si, depuis 1982, les conseils généraux s’administrent librement, les chambres régionales des comptes (CRC) contrôlent régulièrement la régularité de leurs comptes. Elles examinent également leur gestion. En novembre 2010, la CRC de Champagne-Ardenne a rendu son rapport d’observations sur la gestion du département de l’Aube de 2005 à 2009.

Le rapport de la chambre régionale des comptes est particulièrement positif pour le Conseil général de l’Aube, ainsi qu’on peut en juger par ces quelques extraits :

SITUATION FINANCIERE ET GESTION DE LA DETTE
Extrait : « Le département de l’Aube présente une situation financière saine qui se caractérise notamment par un endettement modéré. »

ZONES D’ACTIVITES ECONOMIQUES
Extrait : « Le département s’est engagé dans une ambitieuse politique de développement et de soutien à l’activité économique de son territoire. Il a opté pour des investissements constitutifs d’actifs réalisables à terme et non dépourvus de valeur économique [aménagement de zones d’activités, acquisition d’immobilier d’entreprise].
En ce qui concerne la gestion des locaux d’entreprise, la politique mise en place par le département de l’Aube paraît efficiente et mérite d’être soulignée. »

TRANSFERT DE COMPETENCE SUR LES ROUTES NATIONALES
Extrait : « Le conseil général de l’Aube a bien géré ces transferts.
La refonte de l’organisation interne signale un professionnalisme certain.
Le transfert de cette compétence est une réussite. »

ACHAT PUBLIC
Extrait : « La collectivité semble globalement maîtriser les procédures.
Elle est soucieuse d’ouvrir largement ses marchés aux entreprises. »

Consultez le rapport complet de la chambre régionale des comptes.

Dépenses de fonctionnement : seulement + 0,8 point au-dessus de l'inflation

Un budget stable et des dépenses de fonctionnement en hausse de seulement + 0,8 point au-dessus de l’inflation

Alors qu’un tiers des départements peinent à boucler leur budget 2011, le Conseil général de l’Aube présente un budget primitif d’un montant sensiblement équivalent (- 0,4 %) au BP 2010.

Ce budget 2011 s’élève à 330 M€ (millions d’euros) :
76 M€ d’investissement (23 %) et 254 M€ de fonctionnement (77 %).

La part du fonctionnement augmente seulement de + 2,3 % malgré la hausse continue des dépenses sociales obligatoires :

- + 35 % pour la PCH (compensation du handicap),
- + 4,7 % pour le RSA,
- + 3,1 % pour les frais d’hébergement (enfance en danger, personnes âgées),
- + 2,1 % pour l’Apa (dépendance des personnes âgées).

De leur côté, les charges de personnel n’évoluent que de + 1,7 %.

Et –alors que les prévisions d’inflation sont de l’ordre de + 1,5 %–, les autres dépenses de fonctionnement baissent de 1 %.
Preuve de leur extrême maîtrise.

Rechercher économies et recettes nouvelles

Quelques exemples d’économies ou de recettes nouvelles

  • Économie de 700 000 € sur 4 ans, sur les moyens de télécommunications grâce à la passation de nouveaux marchés.
  • Création d’un service d’audit :
    - contrôle de l’utilisation des fonds publics
    - conseil et contrôle de gestion des structures bénéficiant de concours financiers
    La réduction pérenne de seulement 1 % du poste « Frais d’hébergement » (action sociale) permettrait d’économiser 500 K€ par an, et donc de financer très largement la création de ce service (4 postes).
  • Recette de 700 000 € par le paiement de la carte de transport scolaire
  • Optimisation de la prise en charge à domicile des personnes âgées :
    dématérialisation de la facturation entre les services d’aide à domicile et le Conseil général

Un quart du budget investi dans des équipements structurants

Maintien d’un niveau élevé d’investissement au service du développement : enseignement, routes, économie, tourisme…

En 2011, le Conseil général consacrera 23 % de son budget à des investissements : équipements structurants au bénéfice des habitants du département, renforcement de l’attractivité du territoire pour les touristes et les entreprises.

Les 76 M€ de crédits d’investissement se répartissent principalement pour :

- 70 % en dépenses d’équipement (études, acquisitions et travaux),
- 24 % en subventions et fonds de concours versés à des tiers,
principalement aux communes et structures intercommunales

Les grands investissements 2011 du Conseil général

  • Auditorium du centre de congrès de l’Aube (Troyes) : 3,6 M€
    Travaux
  • Aménagement des zones d’activités 1,0 M€
    Travaux
  • Extension de l’hôtel du département (Troyes) : 3,5 M€
    Travaux
  • Sites touristiques (Parc, Mesnil-St-Père, Géraudot, Dienville) 4,0 M€
    Entretien, aménagement, résidences de tourisme, vélovoies
  • Centre sportif de l’Aube (Troyes-Rosières) : 1,6 M€
    Extension
  • Routes départementales : 17,0 M€
    Entretien, modernisation, sécurité
  • Déviation nord de Romilly-sur-Seine : 1,0 M€
  • 2e extension de l’Université de technologie de Troyes : 1,6 M€
    Etudes
  • EPF-école d’ingénieurs (Troyes-Rosières) : 1,2 M€
    Construction d’un bâtiment
  • Collèges : 12,5 M€ dont 3 rénovations lourdes : Beurnonville (Troyes), Gaston-Bachelard (Bar-sur-Aube) et Paul-Langevin (Romilly)
  • Internet haut débit ; téléphonie mobile : 0,5 M€

L'aide aux communes, maintenue

L’aide à l’investissement des communes

Les effets du plan de sauvegarde voté en juillet 2010 ne sont pas immédiats
compte tenu, notamment, des engagements antérieurs (qu’il convient d’honorer)
et d’une demande toujours soutenue, de la part des communes.

En dépit des nouveaux barèmes, le soutien aux communes se situe
quasiment au même niveau qu’en 2010 : 14 M€ (contre 14,9 M€, l’an dernier).

Tous les projets présentés ont été pris en compte ; il n’y a pas de liste d’attente.

  • Adduction d’eau, assainissement (eaux usées et pluvial) : 4,16 M€
  • Constructions et grosses réparations scolaires : 3,6 M€
  • Restauration du patrimoine historique : 1,26 M€
  • Équipements socio-culturels, sportifs et socio-éducatifs : 1,5 M€
  • Extension du port de l’Aube et reconstruction du barrage de Beaulieu : 1,5 M€
  • Électrification : 0,6 M€

Et aussi : équipement de bibliothèques et points-lecture, entretien des rivières,
aménagement de villages, etc.

Taxe foncière : pas d'augmentation

Fiscalité directe : plus qu’une seule taxe. Augmentation zéro

La mise en œuvre de la réforme de la fiscalité locale se poursuit, réduisant l’autonomie fiscale du conseil général à une seule taxe : la taxe foncière.
C’est en effet la seule taxe dont le taux est susceptible d’être modifié par l’assemblée départementale.

Le Conseil général de l’Aube n’augmentera pas la taxe foncière en 2011.

Le nouveau taux est de 19,42 % ; il équivaut à la part départementale (13,93 %, en 2010) élargie à la part régionale, et intégrant les frais de gestion auparavant perçus par l’Etat.

Le produit fiscal attendu est de 52,7 M€, pour la taxe foncière.

Zoom sur les ressources fiscales des départements

Ressources maintenues :

  • Taxe foncière
  • TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers)
  • Droits de mutation (part départementale)
  • TCSA (taxe spéciale sur les conventions d’assurance)
  • Taxe sur l’électricité

Ressources supprimées :

  • Taxe professionnelle (TP),
  • Taxe d’habitation (part départementale de la TH)
  • Taxe sur le foncier non bâti (FNB)

Ressources nouvelles (essentiellement dépendantes de l’Etat)

  • CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises)
  • DCRTP (dotation de compensation de la réforme de la TP)
  • FNGIR (fonds national de garanties individuelles de ressources)
  • Part « Etat » des droits de mutation
  • Part régionale de la taxe foncière
  • Part résiduelle « Etat » de la TSCA (taxe spéciale sur les conventions d’assurance)
  • IFER (imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux)

Nota bene : la plus grande incertitude demeure sur ces nouveaux dispositifs d’accompagnement de la réforme fiscale.

Davantage d'autofinancement, moins d'emprunt

L’objectif du plan de sauvegarde lancé en juillet 2010 est la restauration de l’autofinancement, c’est-à-dire, la part des recettes de fonctionnement que le Conseil général peut utiliser pour financer ses investissements.

De 35,7 M€ au budget primitif 2009,
l’autofinancement avait fondu à 26,8 M€ au budget primitif 2010 (- 25 %).

En 2011, l’autofinancement repasse au-dessus de la barre symbolique
des 30 M€, pour s’établir à 32,5 M€.

Cela autorise le Conseil général à inscrire un contingent d’emprunt bien inférieur à celui de 2010 : 17,6 M€ (contre 25,7 M€).

Les 4 premiers postes du budget 2011

  • action sociale 163,0 M€
  • éducation (enseignement, transport scolaire) 52,60 M€
  • routes, aménagement, environnement 48,50 M€
  • développement économique, tourisme 18,00 M€

Obligations remplies

Collèges, routes, action sociale… le conseil général remplit ses missions

Collèges : 3 établissements en rénovation lourde
Budget (rénovation, entretien et mobilier) : 13,1 M€.

CITE SCOLAIRE GASTON-BACHELARD (BAR-SUR-AUBE)
La rénovation se poursuivra tout au long de l’année 2011 : bâtiment B (administration et CDI) et internat des filles.

BEURNONVILLE (TROYES)
Une solution technique ayant été trouvée au problème de sécurisation de la structure, les travaux vont reprendre dans le bâtiment destiné à la ville de Troyes et qui abritera associations et syndicats.

PAUL-LANGEVIN (ROMILLY-SUR-SEINE)
Finalisation des études et dépôt du permis de construire.

Voirie départementale : sécurité oblige
Budget : 25,5 M€.

> Chaque année, le conseil général réfectionne 2,5 millions de mètres carrés de chaussée (renforcement et renouvellement des couches de surface. Dans 88 % des cas, l’enduit superficiel (gravillonnage) est préféré au « macadam » : très étanche et rugueux, il coûte aussi cinq fois moins cher.
Les conditions météo de décembre 2010 ont mis à mal les chaussées.
Pour mémoire, déjà rigoureux, l’hiver 2009-2010 avait coûté 1,5 M€ (salage / déneigement, réparation des chaussées, heures supplémentaires).

> Déviation nord de Romilly : c’est parti !
Déclarée d’utilité publique en juillet 2010, cette opération va entrer en chantier avec la construction d’un ouvrage d’art sur le canal des Ravois (1 M€).

Le saviez-vous ?
Le Conseil général de l’Aube gère 4 492 km de routes départementales, soit près de 70 % des routes du département, ainsi que près de 900 ponts. Rapportée à la population, la charge est 2,5 fois plus élevée que la charge moyenne nationale.

Programme départemental d’action sociale : 49,4 % du budget
En 2011, le Conseil général de l’Aube consacrera 163 M€, soit 49,4% du budget départemental, aux actions médico-sociales. Celles-ci s’exercent :

- au bénéfice de tous, et notamment envers les plus fragiles (enfants, personnes âgées et handicapées, parents isolés, personnes sans emploi ou tirant un revenu limité de leur activité) ;
- au plus proche des usagers (7 circonscriptions offrant 60 points d’accueil avec la coopération des communes).

Ce budget se traduit par un nombre important d’emplois :
- agents de l’administration départementale (330),
- assistants familiaux (280),
- postes dans les établissements (1 500),
- aides à domicile (800 postes équivalents temps plein).
Ainsi, ce sont près de 3 000 emplois qui sont financés de manière directe ou indirecte par le Conseil général dans le domaine médico-social.

Enfance / famille
Budget : 28,5 M€.

> 4 500 consultations pré et post natales
> 10 000 consultations infantiles dont 50 % pour les bébés de moins de 1 an
> 2 700 bilans de santé en maternelle, soit 80 % des enfants âgés de 3-4 ans
> 32 structures de garde de la petite enfance surveillées et contrôlées (1 100 places)
> Protection de l’enfance :
- 1 100 enfants ayant fait l’objet d’une évaluation suite au recueil d’une information préoccupante
- 840 enfants ayant fait l’objet d’un suivi
> Planification familiale : 1 500 consultations et 200 interventions en milieu scolaire
> Prévention spécialisée : 1 700 jeunes rencontrés par des éducateurs
> Aide et accompagnement éducatif à domicile : 45 000 heures

Le saviez-vous ?
L’Aube compte :
- 1 840 assistants maternels offrant 4 830 places,
- 315 assistants familiaux, soit une capacité d’accueil de 613 places. Agés de 50 ans en moyenne, ils accueillent 62 % des enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance.

Insertion (RSA)
Budget : 44,4 M€.

> 8 700 bénéficiaires, dont 6 250 à la charge du Conseil général
> Un suivi renforcé de 400 bénéficiaires par Pôle emploi (10 conseillers),
avec un taux de retour à l’emploi de plus 6 mois de 42 %
> Un accompagnement spécifique de 80 jeunes diplômés (Bac + 2 et + venant de quitter le système
scolaire) par Piste, avec un taux de retour à l’emploi de 90 %
> 500 bénéficiaires du RSA employés par 25 ateliers et chantiers d’insertion
> 950 jeunes en difficulté (18-25 ans) aidés au titre du fonds d’aide aux Jeunes (Faj)


Personnes handicapées
Budget : 26 M€.

> 1 300 bénéficiaires de prestations à domicile en 2010 (contre 900 en 2009, soit + 44 %)
> 85 places d’hébergement auprès de 48 accueillants familiaux
> Une capacité d’accueil de 324 places dans 11 foyers. En projet : 3 nouvelles structures (Fontvannes, Lusigny-sur-Barse et Romilly-sur-Seine), pour 121 places.

Personnes âgées
Budget : 36,6 M€.

> 6 600 prestations servies en 2009, dont la moitié à domicile
> Accueil de jour : 31 places dont 24 dédiées Alzheimer.
> Accueil temporaire : 17 places dont 24 dédiées Alzheimer.
> Hébergement permanent en établissement : capacité d’accueil de 3 650 lits
(dont 184 spécialisés Alzheimer).
En projet pour 2011 : 176 places nouvelles (St-Parres-aux-Tertres, Troyes, Piney et Romilly/Seine),
dont 1/4 dédiées aux pathologies Alzheimer.
> 96 places d’hébergement auprès de 41 accueillants familiaux

Le saviez-vous ?
L’Aube est le département de Champagne-Ardenne qui offre le meilleur taux d’équipement en établissements médicalisés pour personnes âgées. Son taux est également très supérieur à la moyenne nationale.

Internet haut débit : le « kit satellite » reconduit
Le Conseil général reconduit l’aide financière aux particuliers qui doivent recourir au satellite pour accéder à l’Internet haut débit (400 €, dont 30 % financés par le conseil régional).
Depuis son instauration fin 2008, 785 abonnés ont bénéficié ce dispositif d’accompagnement.

Favoriser l'action collective

Privilégier le collectif pour mieux agir

Suppression des aides individuelles en matière économique, mais soutien affirmé aux actions collectives… c’est un des axes retenus par le plan de sauvegarde voté en juillet 2010 par le Conseil général de l’Aube. Quelques traductions concrètes…

Un nouveau dispositif d’aide économique
Né de la fusion du Fdaide et du Fied, le nouveau dispositif accompagnera les opérations ayant un réel impact sur le développement du tissu économique aubois. Les objectifs sont :

  • soutenir les zones d’activités,
  • accompagner les projets de développement exogène,
  • contribuer à l’émergence et à l’expansion de filières cibles,
  • encourager les actions contribuant à la promotion économique.

Le règlement de ce nouveau dispositif sera présenté lors de la prochaine session.


Soutenir l’action collective fédérant les entreprises autour d’un objectif de performance économique
4 secteurs sont retenus :

  • l’emballage-conditionnement,
  • le textile,
  • l’ameublement-bois,
  • le diagnostic de gestion des entreprises,
  • la filière AOC Chaource.

Renouvellement de la convention avec la Sem de la Technopole de l’Aube
Pour les 3 années à venir (2011-2013), la Semtac mettra en place une stratégie de développement endogène, en s’appuyant sur les compétences universitaires et les acteurs économiques, afin de donner à l’Aube une identité entrepreneuriale, pour les étudiants.

Quelques chiffres…

  • 250 projets expertisés à travers 1 600 rendez-vous, ayant abouti à 43 implantations : 38 dans l’Aube, dont 18 sur la Technopole de l’Aube.
  • 37 entreprises : incubation (24), lancement (4), développement (6), parc technologique (3).
  • Un taux d’occupation de 85,5 % (pépinière, hôtels d’entreprise et de bureaux).

Une convention de partenariat, avec la chambre de commerce et de d’industrie et le Grand Troyes, pour financer le développement du groupe ESC-Troyes
En novembre 2010, le Conseil général a décidé d’adhérer à l’association Troyes Aube formation qui regroupe les activités de formation initiale du groupe ESC Troyes, ainsi que les activités de préparation aux concours para-médicaux de l’ADPS. Pour l’ESC, l’objectif est notamment d’atteindre la taille critique de 2 000 étudiants, dès la mise à disposition de nouveaux locaux.
Aujourd’hui, les trois partenaires s’engagent sur leur contribution financière au fonctionnement annuel : 1 M€ pour le Conseil général, 1 M€ pour le Grand Troyes
et 1,2 M€ pour la CCI.

Ne renoncer à aucune ambition

Infrastructures, sport, culture… ne renoncer à aucune ambition


Air, voie d’eau, rail… pour conforter l’attractivité de l’Aube
Le Conseil général participe à l’amélioration des infrastructures :

> électrification de la ligne Paris-Bâle
0,4 M€ pour la poursuite des études et procédures administratives par RFF
NB : à la demande de RFF, le Conseil général pourrait être maître d’ouvrage du relèvement des ponts-routes.

> navigation sur la Seine
1,14 M€ pour achever l’extension du port de l’Aube (Nogent-sur-Seine), au titre du contrat de site de l’Aube ainsi que du contrat de projets Etat-Région 2007-2013 ;
> 0,35 M€ pour poursuivre les études de reconstruction du barrage de Beaulieu ;
> 21 000 € pour achever les études de mise à grand gabarit du canal, entre Bray et Nogent-sur-Seine.

> aérodrome de Troyes-Barberey
140 000 € pour entretenir la plateforme.

Extension du Centre sportif de l’Aube : c’est acquis
Afin d’augmenter la capacité d’accueil actuelle du Centre sportif de l’Aube (95 lits), le Conseil général va construire un bâtiment d’hébergement (1 456 m2 sur 3 étages), perpendiculaire au bâtiment n°1. Sur 88 couchages, 72 seront accessibles aux personnes en situation de handicap.
Coût : 2,34 M€, financés par le Conseil général (50 %), le Grand Troyes (20 %), la région et l’Etat (15 %, chacun).

Le Centre sportif de l’Aube en chiffres
> Taux d’occupation : 73 %.
> 18 700 nuitées (+ 10 % par rapport à 2009) dans 24 disciplines.
> En 7 ans, le nombre de nuitées a doublé, ainsi que le nombre de disciplines accueillies.
> 100 000 repas, dont la moitié pour les groupes de sportifs accueillis.
> 1 500 réservations de salles.
> 45 associations utilisatrices régulières.

Un plan départemental de canoë kayak
Le Conseil général coordonne l’élaboration et la mise en œuvre de ce plan, en cours de rédaction : état des lieux, diagnostic, recommandations. Un crédit de 85 000 € est inscrit pour participer à des aménagements cofinancés.

Musique, encore !
Pour la 13e année consécutive, le Conseil général reconduit son action volontaire et soutenue dans le domaine de la musique.
Budget : 0,9 M€.
Objectifs :
> soutenir :
- les écoles de musique municipales ou associatives
- les sociétés de musique, les chorales, l’Orchestre aubois des jeunes
- la production de concerts et spectacles chorégraphiques
> favoriser l’accès à la musique classique via l’Orchestre symphonique de l’Aube
Créé il y a 10 ans, cette formation fidélise 12 000 spectateurs ; 5 000 scolaires en découvrent les coulisses, lors des répétitions. Pour fêter ce 10e anniversaire, l’Osa produira, en juin, 2 concerts exceptionnels avec, au programme, la 9e Symphonie de Beethoven.

Ouvrir les archives au plus grand nombre
Service du Conseil général, les Archives départementales collectent et conservent la mémoire de l’Aube. Parallèlement, elles s’efforcent d’en favoriser l’accès à tous.

Au programme, pour 2011 :

> Cinq expositions
- champagne !
- la publicité aux XVIIIe et XIXe s.
- les collections de Charles Gilbert de Moral-Vindé (au château de La Motte-Tilly),
- la vie littéraire au XIXe s.,
- Marc Giai-Miniet, peintre, graveur, dessinateur et « emboîteur ».

> De nouveaux outils pédagogiques sur des thèmes variés : Beau XVIe, vie quotidienne durant la Seconde Guerre mondiale, le champagne, etc.

> Mise en ligne :
- de mémoire sonore (témoignages sur la bonneterie).
- du wiki My Archives. Ce système de gestion de contenus alimentés par les internautes
(labellisé « service numérique culturel innovant » par l’Etat) est actuellement en phase de test.

> Numérisation, en vue de leur mise en ligne, de :
- 300 sceaux (XIIe – XVIIIe s.),
- 50 cartulaires, dont certains issus de l’ancienne abbaye de Clairvaux
(projet susceptible d’être soutenu par l’Etat),
- registres paroissiaux et état civil des communes.

> Préparation du 700e anniversaire de la dissolution de l’ordre des Templiers
Élaboration des textes et documents, pour cette commémoration, envisagée en 2012.
en lien avec la mission Développement culturel du Conseil général, ainsi que
le monde universitaire, les associations (fondation Hugues de Payns), etc.

C'est à l'étude...

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
C’est sérieux, c’est du jeu !
L’UTT et l’ESC Troyes sont intéressées à mettre en place un master spécialisé en « serious games » –des jeux vidéo ayant pour vocation de sensibiliser, former ou promouvoir, de façon ludique.
Le Conseil général financera 50 % (soit 10 000 €) de l’étude de faisabilité, réalisée par l’ADPS.

TRANSPORTS SCOLAIRES
La dégressivité de la carte à l’étude
Le Conseil général charge la commission permanente d’étudier –puis, éventuellement, de choisir – un dispositif de dégressivité tarifaire qui pourrait être mis en place pour l’année scolaire 2011- 2012.

ACTION SOCIALE / PERSONNES ÂGEES
Faciliter la prise en charge à domicile
Parmi les pistes d’amélioration : la mise en place de coffres à clés, au domicile des personnes âgées, pour faciliter l’intervention des services d’aide à domicile.

QUALITE DE VIE
Vers un schéma d’aménagement numérique
Le Conseil général envisage de réaliser une étude sommaire des possibilités d’amélioration de l’aménagement numérique du territoire.

DEVELOPPEMENT CULTUREL
Du centre du vitrail au portail des patrimoines
> Vitrail : décider en connaissance de cause
Au cours de l’année 2011, l’ensemble des documents d’aide à la décision sera réuni à travers
les résultats de plusieurs études :
- inventaire des vitraux déposés dans le sous-sol de la cathédrale de Troyes,
- conditions techniques de repose de ces vitraux (coûts de repose, de restauration,
collection disponible pour une exposition permanente) ;
- faisabilité et définition d’un centre du vitrail à l’Hôtel-Dieu-Le-Comte (Troyes),
- projet architectural et technique, pour la mise aux normes de l’Hôtel-Dieu-Le-Comte,
pour l’accueil de publics.

> Portail des patrimoines de l’Aube
Ce site Internet permettra à tous d’accéder aux richesses culturelles de l’Aube, de façon transversale et sous diverses formes (collections, données scientifiques, découvertes virtuelles…). Les thématiques seront variées : Beau XVIe (sculpture et vitrail), retables de Bouchardon, églises en pans de bois, peintures monumentales, abbaye de Clairvaux, un lieu / une œuvre.

TOURISME
Mieux signaliser les sites et pôles d’intérêt de l’Aube
Une enveloppe de 0,5 M€ est inscrite au budget, pour renouveler la signalisation touristique verticale. Il conviendra d’engager une réflexion, puis d’arrêter un programme détaillé. Parmi les objectifs : mieux valoriser les sites majeurs et mieux signaliser les points d’entrée dans le département, sur routes et autoroutes.

L’Aube a enregistré, en 2010, une belle année touristique, avec une progression, supérieure à la moyenne régionale, voire nationale pour l’hôtellerie et l’hôtellerie de plein air.
Ainsi, les 67 hôtels de l’Aube (4 100 lits, soit 23 % de la capacité d’accueil régionale) ont enregistré 515 000 nuitées (+ 4,1 %). Plus de 70 % de la clientèle est française. Quant aux 19 campings (5 100 lits, 21 % de la capacité régionale), leur fréquentation a progressé de 12 % ; en août, le taux d’occupation des 3 et 4 étoiles culmine à 70 %.

Le saviez-vous ?
Dans l’Aube, le tourisme représente 3 220 emplois –soit un quart des emplois salariés liés au tourisme en Champagne-Ardenne–, et génère 23 % du chiffre d’affaires régional.

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas