page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Budget 2010 du Conseil général de l'Aube

Un budget sous tension

Réuni en session ordinaire pour le vote de son budget primitif, les 18 et 19 janvier 2010, le Conseil général de l'Aube a été contraint d'augmenter les impôts pour financer les dépenses obligatoires. En dépit du déficit entre charges et recettes transférées dans le domaine social, et de la limitation de son autonomie fiscale, le Conseil général de l'Aube :

  • continue à investir pour développer le département, soutenant ainsi l’activité économique
  • maintient sa solidarité à l’égard de ses partenaires : communes, organismes publics, associations
  • maintient son effort dans tous les domaines
  • fait évoluer modérément sa fiscalité pour compenser partiellement l’écart entre charges sociales obligatoires et recettes de l’Etat et préserver ainsi sa capacité d’action.

Le tout, grâce à une situation financière maîtrisée et
à une gestion toujours plus rigoureuse des dépenses de fonctionnement.

Rester libre d’investir dans l’avenir

Les charges des dépenses obligatoires transférées par l’Etat aux départements évoluent à un rythme élevé, notamment dans le domaine social : allocations Apa (personnes dépendantes âgées) PCH (personnes handicapées) et RSA (parents isolés, personnes sans emploi ou tirant un revenu limité de leur activité). Les charges du RSA augmentent ainsi de + 25 %.
Or, ce n’est pas le cas des recettes d’impôts transférées par l’Etat aux départements (TIPP, taxe spéciale sur les conventions d’assurances…).Le déficit entre charges et recettes transférées se creuse donc rapidement, année après année. Ainsi, le « manque à gagner » devrait-il s’élever cette année, dans l’Aube, à 7,3 millions d’euros (M€) –une charge que le Conseil général va devoir assumer seul.
Parce qu’il doit « mettre de sa poche », le Conseil général voit fondre son autofinancement : 26,8 M€ en 2010 –chiffre qui tient compte du supplément de recettes fiscales–, contre 35,7 M€ en 2009 (soit – 25 %). Cette situation est d’autant plus inacceptable que, pendant des années, le Conseil général de l’Aube s’est attaché à autofinancer au maximum ses investissements afin de ne pas pénaliser les générations futures en leur faisant porter une dette trop lourde. Dans l’Aube, le stock de la dette par habitant est aujourd’hui de 238 €, soit la moitié de l’endettement moyen des départements de taille comparable (468 €).
S’il veut honorer ses obligations et continuer à investir sans pénaliser les générations futures, le Conseil général de l’Aube n’a d’autre choix que d’augmenter la fiscalité locale.
Or, en 2010, le Conseil général ne percevra plus le produit de la taxe professionnelle, remplacée par deux cotisations perçues directement par l’Etat sur les entreprises. Il recevra, à la place, une « compensation-relais ».
Déficit entre dépenses obligatoires et recettes transférées, gel des recettes en raison du remplacement de la fiscalité locale par des dotations fixes, part prépondérante des dotations d’Etat dans le budget départemental… le Conseil général est pris en ciseaux.
Et cet effet va encore s’accentuer. A compter du 1er janvier 2011, le Conseil général ne percevra plus, en effet, la taxe d’habitation. La seule marge de manœuvre dont il disposera s’exercera sur le foncier bâti (en 2010 : 34,6 M€, soit un tiers du produit fiscal).

Des dépenses de fonctionnement à la hausse, mais sous grande maîtrise

Le budget primitif 2010 du Conseil général de l’Aube s’élève à 331,1 M€ (millions d’euros) : 82,9 M€ d’investissement (25 %) et 248,2 M€ de fonctionnement (75 %).
La part du fonctionnement augmente globalement de + 5 % du fait :

  • de l’intégration de l’ex parc de l’Equipement (45 agents employés auparavant par l’Etat)
  • de la hausse des dépenses sociales obligatoires :
    + 0,5 M€ pour l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), pour une raison démographique (allongement de la durée de vie) ; il y a donc plus d’allocataires, et des dépendances plus lourdes
    + 1,2 M€ pour la PCH (prestation de compensation du handicap), en raison de la montée en puissance de ce dispositif
    + 9,1 M€ pour le RSA. Au 1er janvier 2009, le RSA s’est substitué au RMI ainsi qu’à l’allocation Parent isolé, et s’adresse à un plus grand nombre de bénéficiaires.

Alors que l’autonomie fiscale des départements est d’ores et déjà limitée –et pourrait être encore plus menacée– le Conseil général de l’Aube entend plus que jamais se garder des marges de manœuvre en :

  • exerçant des choix,
  • maîtrisant ses dépenses de fonctionnement :
    + maîtrise de l’énergie dans les collèges et les bâtiments départementaux : diagnostics de performance énergétique, optimisation tarifaire, suivi des consommations, utilisation des énergies renouvelables (déjà 3 chaufferies bois dans les collèges). NB : à confort thermique équivalent, la rénovation des collèges fait chuter la consommation (- 12 % entre 1988 et 2008)
    + maîtrise des frais de séjour et d’hébergement (- 4,6 M€ par rapport à 2009)
  • recherchant des gains de productivité :
    ré internalisation de certaines missions, mutualisation de certaines fonctions, rationalisation des locaux, mobilisation de tous les agents afin de rechercher toutes les économies et les synergies possibles…

Maintien des investissements au service du développement : enseignement, routes, économie, tourisme…

En 2010, le Conseil général consacrera 25 % de son budget à des investissements : équipements structurants au bénéfice des habitants du département, renforcement de l’attractivité du territoire pour les touristes et les entreprises.
Les 82,9 M€ de crédits d’investissement se répartissent principalement pour :

71 % en dépenses d’équipement (études, acquisitions et travaux)

Les grands investissements 2010 du Conseil général

  • Construction d’une pépinière d’entreprises sur le parc d’activités
    agro-alimentaires départemental de Torvilliers
  • Construction d’un bâtiment de production / logistique à Bar-sur-Aube
  • Construction à Troyes du centre de congrès de l’Aube : auditorium ;
    salle polyvalente, hall et salles de réunion (espaces partagés avec l’hôtel du Département études – avant-projets détaillés – fouilles archéologiques
  • Aménagement des sites touristiques de Mesnil-Saint-Père, de Géraudot et de Dienville
  • Voies vertes :             
    - canal de la Haute-Seine : achèvement
    - tour du lac d’Orient : études et premiers travaux
    - Vendeuvre-sur-Barse : études et réalisation d’un tronçon de 3 km
  • Extension du Centre sportif de l’Aube (Troyes-Rosières)
    études ; réfection de terrains et de l’éclairage…
  • Routes départementales      
    entretien, modernisation, sécurité (construction du parking du collège Gaston-Bachelard à Bar-sur-Aube)
  • Rocade nord de Troyes (RD 610 entre Creney et La Chapelle-Saint-Luc) 
    achèvement du doublement et des aménagements d’environnement
  • Déviation nord de Romilly-sur-Seine
  • 2e extension de l’Université de technologie de Troyes :  
    études, concours d’architecture
  • Implantation sur la Technopole de l’ EPF, nouvelle école d’ingénieurs :
    construction d’un bâtiment
  • Collèges     
    dont 5 rénovations lourdes : Beurnonville et Pithou (Troyes),Amadis-Jamyn (Chaource), Charles-Delaunay (Lusigny-sur-Barse) et Gaston-Bachelard (Bar-sur-Aube)
  • Accès à l’Internet haut débit par satellite ; pylônes de téléphonie mobile

23 % en subventions et fonds de concours versés à des tiers, principalement aux communes et structures intercommunales
Tous les projets présentés ont été pris en compte ; il n’y a pas de liste d’attente.

  • Extension du port de l’Aube, réfection du barrage de Beaulieu et mise à grand gabarit (Nogent-sur-Seine) ;
  • aménagement de zones artisanales et de zones d’activités ;
  • adduction d’eau, assainissement,
  • électrification rurale (extension, renforcement, enfouissement de réseaux) ;
  • constructions scolaires, périscolaires, restauration scolaire,
  • équipements sportifs et socio-éducatifs,
  • ouverture et équipement de bibliothèques ou de points-lecture,
  • restauration du patrimoine historique et protection des œuvres d’art,
  • aménagements fonciers,
  • entretien et aménagement des rivières
  • aménagement de villages…

Fiscalité directe locale : une évolution de + 0,57 point en moyenne

pour compenser partiellement l’écart entre charges sociales obligatoires et recettes de l’Etat et préserver ainsi la capacité d’action

Fiscalité directe : les taux 2010 et le produit attendu


Taux 2010 Produit (en M€)
Taxe d'habitation 9,71 % 26,27
Foncier bâti
13,93 % 36,36
Foncier non bâti 16,53 % 0,21
Total des 3 taxes (arrondi)
62,85
Allocations compensatrices de l'Etat
51,40
Total du produit fiscal direct
114,25

A titre de comparaison :

  • en 2009, le niveau d’imposition dans l’Aube était inférieur au niveau d’imposition dans les départements de taille comparable

Moyenne de la strate
(en € / habitant)
Aube
(en € / habitant)
Ecart
Taxe d'habitation (TH) 86 82
- 4,7 %
Foncier bâti (TFB) 116 114 - 1,7 %
Foncier non  bâti 1 1 -
Taxe professionnelle 172 159 - 7,6 %

Sur la période 1995-2009, l'augmentation des taux de fiscalité dans l’Aube est inférieure à celle dans les départements limitrophes

77 51 52 21 89 10
TH 28,83 18,23 22,88 32,85 33,94 13,50
TFB 35,83 22,94 23,33 32,33 33,99 13,52
  • En 15 ans, la taxe d’habitation a augmenté de 13,5 % dans l’Aube, contre 32,9 % en moyenne dans les autres départements, ce qui classe l’Aube au 9e rang des départements ayant le moins augmenté leur taux de taxe d’habitation.
  • En 15 ans, la taxe foncière a augmenté de 13,5 % dans l’Aube, contre 35,3 % en moyenne dans les autres départements, ce qui classe l’Aube au 7e rang des départements ayant le moins augmenté leur taux de taxe foncière.

À titre indicatif, l’évolution de la taxe d’habitation entre 2009 et 2010 représente 4 € par habitant.

Un endettement toujours contrôlé

Le maintien de l’autofinancement à un niveau élevé (26,8 M€) et la mobilisation d’autres recettes (participations des partenaires ; ventes d’actifs –notamment d’anciennes gendarmeries) devraient permettre au Conseil général de l’Aube de recourir modérément à l’emprunt en 2010, pour financer ses investissements.

Il est intéressant de noter que l’endettement de l’Aube (238 € / hab.) :

  • est en constante diminution depuis 3 ans (- 8 % depuis 2007)
  • représente seulement la moitié de l’endettement moyen des départements de taille comparable : 468 € / habitant).

ui plus est, l’endettement de l’Aube s’adosse à un actif important : les parcs d’activités sont, en effet, des sources de revenus par la vente ou la location des terrains, ainsi que par les recettes fiscales générées par le développement d’activités nouvelles.

Les 4 premiers postes du budget 2010

  • action sociale                                      158    M€
  • éducation (enseignement, transport)      56,3 M€
  • routes, aménagement, environnement    51,4 M€
  • développement économique, tourisme    20    M€

Accompagner le développement économique et compléter l’éventail d’équipements structurants pour renforcer l’attractivité du territoire

Construction d’une pépinière d’entreprises sur le parc départemental d’activités à vocation agro-alimentaire de Torvilliers
Afin de permettre aux industriels de l’agro-alimentaire de développer dans des locaux adaptés de nouveaux concepts, le Conseil général envisage la construction d’un bâtiment modulable de
2 000 m2, extensible et divisible en lots équipés de quais et de locaux réfrigérés. Des synergies seraient possibles avec la plateforme logistique froid de GJ Service Froid : stockage, expédition.

  • 50 000 € sont inscrits pour le lancement des études.

Construction d’un bâtiment de production / logistique sur le parc d’activités de Bar-sur-Aube
Sur un terrain d’environ 40 000 m2, mis à disposition et viabilisé par la communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube (CCRB), le Conseil général construirait un bâtiment de 15 600 m2 regroupant des espaces de réception des matières premières, de production, de stockage et d’expédition et de présentation des produits. Cet aménagement serait loué à Cipal, filiale du groupe Cauval industries (siège et literie).

  • Une autorisation de programme de 8 M€ devrait être ouverte lors d’une prochaine session, dès que le projet sera finalisé.

Construction d’un 3e hôtel de bureaux (2 520 m2) sur la Technopole de l’Aube

  • 100 000 € sont inscrits pour le lancement des études.

Parcs d’activités, locaux industriels, immobilier d’entreprises : plus de 2 M€ de retour sur investissement
Bâtiments industriels à Crancey, Romilly-sur-Seine, Torvilliers, Chavanges, Bernon et Vendeuvre-sur-Barse (copropriété avec la Communauté de communes des Rivières), hôtel d’entreprises et hôtels de bureaux sur la Technopole, Parc logistique de l’Aube, Parcs d’activités départementaux de Torvilliers et de Brienne-le-Château… le Conseil général de l’Aube investit chaque année davantage dans l’immobilier d’entreprises et industriel. Le département est ainsi à même de répondre aux besoins des entreprises : implantation, maintien d’activité et donc de l’emploi. En retour, ces équipements structurants contribuent, chaque année davantage, au budget du département.

  • Locations ou cessions immobilières, recettes fiscales (TP notamment)… en 2010, plus de deux millions d’euros sont ainsi réinjectés dans le budget principal.

Et aussi…
Aides à vocation économique
2,3 M€ de crédits sont inscrits au budget pour accompagner la création de zones d’activités, la réhabilitation de friches, les projets créateurs d’emploi et l’artisanat, soutenir les filières (emballage-conditionnement, textile, ameublement, AOC Chaource), subventionner les foires et manifestations.
Soutien à la recherche et à l’innovation
2,5 M€ pour accompagner l’effort de R & D des entreprises, aider la recherche publique et sa valorisation.

Dans le domaine des infrastructures…
Route
Achèvement de la mise à 2 x 2 voies et des aménagements d’environnement de la rocade nord de l’agglomération troyenne :

  • 4,3 M€ sont inscrits au budget 2010.

Rail
Premiers crédits pour l’électrification de la ligne Paris-Bâle : 200 000 €.

Air
Modernisation des aérodromes de Barberey-Saint-Sulpice et de Brienne-le-Château : 380 000 €.

Voie fluviale
Agrandissement du port de Nogent-sur-Seine, reconstruction du barrage de Beaulieu, étude de mise à grand gabarit (3 000 tonnes) du canal entre Bray et Nogent : 1,14 M€.

Dans le domaine de l’enseignement supérieur…
2e extension de l’Université de technologie de Troyes (UTT) : choix de l’architecte au premier semestre et réalisation des études.
Les 5 600 m2 à construire seront entièrement dédiés à la recherche.
Le nouveau pôle regroupera 6 centres d’activités. Et il portera la capacité d’accueil de l’UTT à 3 000 étudiants d’ici 2012.
Inscrite au contrat de projets Etat-Région et au programme européen Feder 2007-2013, l’opération est estimée à 20,8 M€ incluant études, travaux et premier équipement.
Le Conseil général de l’Aube, qui en serait maître d’ouvrage, devrait bénéficier de subventions de l’Union européenne, de l’Etat, de la région Champagne-Ardenne et de la CAT.
Les bâtiments seront ensuite remis à l’Etat.

  • 580 000 € de crédits sont inscrits au budget 2010.

Construction sur le site de la Technopole de l’Aube d’un bâtiment pour accueillir l’EPF, une nouvelle école d’ingénieurs
Ex Ecole polytechnique féminine, l’EPF (Sceaux – Hauts-de-Seine) a déjà formé plus de 7 000 ingénieurs depuis sa création en 1925. Elle s’est fixée comme objectif de figurer parmi les 5 meilleures écoles d’ingénieurs post bac. L’EPF est partenaire de l’UTT : parcours de formation commun, coopération dans le domaine de la recherche, délocalisation d’une partie des enseignements de l’EPF à Troyes.
Le Conseil général construirait un bâtiment d’enseignement de 3 000 m2, susceptible d’accueillir 250 élèves ingénieurs à la rentrée 2013.

  • 1 million d’euros est inscrit au budget 2010 (sur une autorisation de programme de 9 M€) pour la rédaction du projet et le lancement du concours d’architecture.

Dans le domaine du tourisme d’affaires…
Création du Centre de congrès de l’Aube

Composé d’un auditorium modulable de 800 places et des espaces partagés avec l’hôtel du Département, complémentaire des autres équipements de l’agglomération troyenne (espace Argence, Le Cube, hôtel de ville et théâtres de Troyes, amphithéâtre de l’UTT et du Centre sportif de l’Aube), le Centre de congrès de l’Aube sera un moteur de développement pour le centre-ville, l’agglomération troyenne et le département de l’Aube.
A proximité immédiate de Paris, Troyes et l’Aube auront de quoi séduire : patrimoine, vins de Champagne, commerce, capacité hôtelière déjà importante et qui ne cesse de s’étoffer ainsi que des équipements de qualité situés en hyper centre-ville.

L’AUDITORIUM : QUALITE ET POLYVALENCE

  • Surface : 2 970 m2.
  • Grande qualité acoustique, scénographique et technique (régie mobile escamotable en salle, cabines de traduction simultanée).
  • 2 configurations possibles, transformables en seulement 2 heures :
  • salle de congrès (de 371 à 793 personnes) : congrès, mais aussi colloques, conférences, séminaires, salons, lancements…
  • salle de concert (jusqu’à 858 spectateurs) : concerts (notamment ceux de l’Orchestre symphonique de l’Aube), défilés…
  • Coût : 19 M€ HT, incluant les frais d’ingénierie, les fouilles archéologiques, les fondations spéciales et les équipements scénographiques.
  • 1,5 M€ sont inscrits au budget 2010 pour lancer les études.


ESPACES ET SERVICES PARTAGES AVEC L’HOTEL DU DEPARTEMENT
Parmi les locaux prévus dans l’extension de l’hôtel du Département :

  • une salle polyvalente de 600 m2 transformable en salle de restauration (présence de réserves, annexes),
  • un hall d’accueil et d’exposition (avec dépôt, sanitaires, etc.),
  • des salles de réunion (pour y tenir des ateliers ou des tables rondes),
  • des équipements et services de restauration.

En mettant une partie de ses locaux à disposition du Centre de congrès de l’Aube, le Conseil général optimise les coûts de l’extension de l’hôtel du Département, rendue nécessaire pour réunir une partie des 1 500 agents de l’administration départementale, suite à l’intégration récente de personnels de l’Etat. Parallèlement, le regroupement des services de l’administration départementale dans les futurs locaux de l’extension de l’hôtel du Département s’accompagnera d’une rationalisation des espaces actuellement occupés. Seront notamment libérées des surfaces appartenant à l’Etat.

  • 3,2 M€ sont inscrits au budget 2010 pour poursuivre les études et engager les fouilles archéologiques.

Le saviez-vous ?
Un centre de congrès, c’est un atout pour dynamiser l’économie locale. Quelques données, pour comprendre…

  • En 2005, les 40 centres de congrès (hors Paris) ont généré 1 916 M€ dont 1 100 M€ dépensés par les congressistes auprès des hôteliers, restaurateurs et commerçants de la ville d’accueil.
  • 73 % des congressistes séjournent 2 à 3 jours.
  • 146 € : c’est la moyenne des dépenses quotidiennes d’un congressiste : hébergement (35 %), achats personnels (24 %), restauration (20 %), transport (13 %), frais professionnels (8 %).

Dans le domaine du tourisme et des loisirs…
Aménagement de sites d’hébergement touristique dans la région des lacs

  • Carrefour d’accès et voie de desserte du centre Egalis :
    50 chambres accessibles aux personnes handicapées et à leur famille (ouverture en juillet 2010).
  • Viabilisation du terrain, réseaux et raccordement à la vélovoie des Lacs
    de la future unité d’hébergement touristique de Dienville (400 lits à l’horizon 2011 / 2012).

Le saviez-vous ?
En 2009, et malgré un contexte particulièrement morose, l’Aube a, une fois de plus, sorti son épingle du jeu. Le nombre de nuitées hôtelières y est resté stable, alors que la fréquentation a chuté de 5,6 % au niveau national et de 5,3 % au niveau régional. La clientèle, française comme étrangère, s’est particulièrement pressée, en juillet-août. Même satisfaction du côté des parcs locatifs Gîtes de France et Clévacances, qui atteignent en moyenne 18 semaines de location par an, alors que la moyenne nationale n’est que de 16 semaines.
Le Conseil général confirme sa confiance au Comité départemental du tourisme qui bénéficiera d’un budget en hausse de 2 % par rapport à 2009 (1,1 M€)  –indispensable pour poursuivre notamment la recherche et l’accompagnement d’investisseurs. Une politique qui a permis l’ouverture à Mesnil-Saint-Père du camping**** Kawan et l’implantation en cours de :

  • Egalis - 50 chambres accessibles à Géraudot (ouverture prévue en juillet)
  • Vitalparc - 400 lits à Vendeuvre-sur-Barse (ouverture prévue en 2011)
  • Bocages / Antipodes - 200 lits à Bar-sur-Aube (ouverture prévue en 2010/2011)

Dans le domaine du tourisme sportif…
Extension du Centre sportif de l’Aube
Lancement des études et réalisation de travaux : système de contrôle d’accès, réfection des terrains tous temps et de leur éclairage, réalisation d’un terrain d’entraînement pour les gardiens de buts.

  • 1,9 M€ sont inscrits au budget 2010.

Le saviez-vous ?
Huit ans après son ouverture, la fréquentation du Centre sportif de l’Aube a pratiquement doublée.
En 2009, le Centre a enregistré 16 500 nuitées de groupes (dans 24 disciplines sportives), soit une recette de 145 500 €.
Aujourd’hui, le Centre ne peut satisfaire toutes les demandes pendant les petites vacances scolaires. La demande de salles est importante (1 730) ; plus de 454 associations locales s’y réunissent régulièrement. Quant à la restauration (100 000 repas), elle est en constante progression.

Améliorer aussi la qualité de vie des Aubois

Equipements, entretien et modernisation des routes, logement, transport, vie scolaire, loisirs… une grande partie du budget du Conseil général est consacrée à la qualité de la vie quotidienne, dans l’Aube.

De l’école à l’université…
Encore 5 collèges en rénovation lourde : plus de 20 M€

  • Amadis-Jamyn (Chaource)
    La rénovation devrait s’achever avant l’été, après le ravalement des façades.
  • Gaston-Bachelard (Bar-sur-Aube)
    A la rentrée 2010, les garçons devraient prendre possession d’un internat rénové et de nouvelles salles de classe seront ouvertes. Le chantier de la demi-pension de la liaison collège / lycée se poursuivra jusqu’aux vacances de Toussaint. Et le Conseil général a inscrit 600 000 € pour la réalisation d’un parking sécurisé pour les cars scolaires.
  • Beurnonville (Troyes)
    La rénovation des locaux affectés au collège devrait s’achever en avril. Compte tenu des récentes baisses d’effectif (- 9 % en 2004 et – 8,5 % en 2007), le Conseil général devrait restructurer les locaux mis à disposition du collège. 800 m2 pourraient être affectés à d’autres fonctions : réserve foncière, mise à disposition de l’ESC Troyes, dans l’attente de l’agrandissement de ses locaux.
  • Pithou (Troyes)
    Le chantier de rénovation devrait s’achever en avril.
  • Charles-Delaunay (Lusigny-sur-Barse)
    En avril, devrait s’achever la construction du bâtiment de salles de classe et, avec lui, la rénovation de cet établissement.

Transport scolaire : maintien de la gratuité et ouverture des circuits spéciaux aux élèves et étudiants extérieurs au département.
Cette année, encore, le Conseil général consacrera plus de 17 M€ aux transports scolaires : participation aux transports scolaires urbains (agglomération troyenne et ville de Romilly-sur-Seine) et service gratuit dans le reste du département, que le transport se fasse sur ligne régulière, par la SNCF, sur circuit spécial ou par véhicule adapté (enfants handicapés).
Après avoir admis, l’an dernier, les étudiants aubois sur les circuits scolaires, le Conseil général a décidé d’accepter également, à compter de février et moyennant finances, les élèves et étudiants non domiciliés dans l’Aube, inscrits dans un établissement aubois.

Soutien confirmé aux établissements d’enseignement supérieur
Le Conseil général maintient sa participation financière (1,7 M€) au fonctionnement de l’UTT (2 500 étudiants), du Centre universitaire troyen (1 188 étudiants), de l’IUT (formation Gol), de l’IUFM, duu groupe ESC (1 600 étudiants) et du Centre universitaire d’études médicales (23 étudiants de 3e cycle).

Dans le domaine de la culture…
Prolonger l’effet « Beau XVIe »
Un nouveau programme d’actions (0,16 M€) guidé par le souci de mettre en valeur les grandes richesses du patrimoine de l’Aube, pour les ouvrir au plus grand nombre, et pour le tourisme :

  • élaboration d’un circuit touristique autour des chefs-d’œuvre du Beau XVIe (avec signalisation et support de visite), en lien avec le Comité départemental du tourisme,
  • réalisation d’un site Internet sur les objets d’art (orientation touristique),
  • médiation dans les collèges autour du vitrail, de la sculpture, de l’architecture et de la peinture,
  • étude de faisabilité et de définition autour de la question « templière » afin d’en faire un angle touristique,
  • étude de faisabilité et de définition pour la création d’un « centre du Vitrail »,
  • édition sur les vitraux,
  • mission de l’Architecte des bâtiments de France sur les conditions de repose des vitraux classés conservés dans le sous-sol de la cathédrale.

Archives départementales : 5 expos
En 2009, plus de 10 000 visiteurs ont fréquenté les expositions montées par les Archives départementales.
Cinq thèmes ont été retenus pour 2010 :

  • l’âge d’or du chemin de fer (exposition en cours, jusqu’au 14 mai),
  • les fanfares au XIXe s. (1er juin – 3 octobre),
  • la vie quotidienne dans l’Aube durant la Seconde Guerre mondiale,
  • la marquise de Maillé et la Sauvegarde de l’art français,
  • les inondations de 1910.

Et parmi les autres nouveautés : deux nouveaux ateliers pédagogiques (archives et vitrail et ymagiers du XVIe), des cours de paléographie pour tous, des conférences sur le vignoble, de nouveaux contenus sur le site Internet (registres paroissiaux et d’état-civil de la ville de Troyes…).

  • 0,4 M€ pour le service des Archives, dans le budget départemental

Et aussi…
Encourager les talents aubois
Des récompenses : prix littéraire (catégorie Roman, en 2010), prix des métiers d’art (catégorie Professionnels et Jeunes), prix BD…

La lecture à la portée de tous
Ouverture d’un portail documentaire pour les bibliothèques (24 des 60 bibliothèques communales ou intercommunales sont déjà en réseau avec la Bibliothèque départementale de prêt (BDP), achat de documents (notamment sonores et numériques), formation des bénévoles, animations…

Dans le domaine associatif…
Soutenir l’animation locale
Conscient du rôle d’animation et de médiation joué par les associations (sportives, de musique, culturelles et de loisirs, etc.), le Conseil général maintient son soutien à ces structures : aide au fonctionnement, à l’organisation de manifestations et à la conduite de projets spécifiques.

  • 1,75 M€ sont inscrits au budget 2010.

Dans le domaine des loisirs…
Vélovoies : 14 km supplémentaires et 2 voies nouvelles…
Cet été, il sera possible de rallier Saint-Oulph depuis Barberey-St-Sulpice par la voie verte du canal de la Haute-Seine, longue de 28 km.
Deux autres projets sont sur le feu :

  • 3 km de vélovoie reliant le futur Vitalparc (carrefour de la RD 79) à l’entrée de la commune de Vendeuvre-sur-Barse ;
  • le tour du lac d’Orient (contournement de Géraudot et bouclage du tour du lac entre le carrefour RD 43 / RD 79 et Lusigny-sur-Barse). L’enquête publique pourrait se tenir courant du 1er trimestre. Sous réserve de la déclaration publique des travaux, un premier chantier pourrait être engagé entre Lusigny-sur-Barse et le port de Mesnil-St-Père.
  • 1 M€ est inscrit au budget départemental.


Rando cyclo et canoë…
Parmi les projets conduits par le Comité départemental du tourisme :

  • 24 boucles cyclo créées en partenariat avec la fédération française de Cyclo-tourisme (carte disponible au printemps) ;
  • un programme de valorisation des rivières pour la pratique du canoë-kayak, en liaison avec la DDJS et le Centre sportif de l’Aube (à l’étude).

Et toujours du nouveau sur le territoire du Parc naturel
Comme chaque année, le Conseil général réalisera de nombreux travaux (plus de 4 M€) sur les stations touristiques des bords d’eau et du Parc (Maison du parc, Mesnil-Saint-Père, Géraudot et Port-Dienville) : pontons, sanitaires, rampes de mise à l’eau… Et, cet été, les Aubois devraient pouvoir de nouveau se promener sur la digue de Mesnil-Saint-Père !

Dans le domaine des communications…
Internet haut débit par satellite : aide reconduite
L’an dernier, 333 foyers n’ayant d’autre choix que de recourir au satellite pour recevoir Internet haut débit ont bénéficié d’une subvention du Conseil général (400 € maximum). Le Conseil général a décidé de reconduire encore un an cette aide.

Du mieux en téléphonie mobile
Le Conseil général assurera la maîtrise d’ouvrage de 4 pylônes afin d’assurer la complétude de la couverture en téléphonie mobile.

Et aussi…

  • Maintien de l’aide départementale à l’amélioration de l’habitat et au développement du logement locatif en milieu rural (0,5 M€),
  • contribution de 5,4 M€ au budget du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) :
    137 sapeurs-pompiers professionnels et 3 400 sapeurs-pompiers volontaires.
    Deux casernes seront en rénovation : Estissac et Nogent-sur-Seine.

Des chiffres pour mieux appréhender le programme départemental d’actions sociales

En 2010, le Conseil général de l’Aube consacrera 158 M€, soit 47,6 % du budget départemental aux actions médico-sociales.

Celles-ci s’exercent :

  • au bénéfice de tous, et notamment envers les plus fragiles (enfants, personnes âgées et handicapées, parents isolés, personnes sans emploi ou tirant un revenu limité de leur activité) ;
  • au plus proche des usagers (7 circonscriptions offrant 60 points d’accueil avec la coopération des communes).

Ce budget colossal se traduit par un nombre important d’emplois : agents de l’administration départementale (320), assistants familiaux (278), postes dans les établissements (1772), aides à domicile (1 100 postes équivalents temps plein). Ainsi, ce sont près de 3 500 emplois qui sont financés de manière directe ou indirecte par le Conseil général dans le domaine médico-social.


Enfance / famille
données 2008

  • 4 100 consultations pré et post natales
  • 10 000 consultations infantiles
  • 3 000 bilans de santé en maternelle
  • 32 structures de garde de la petite enfance surveillées et contrôlées (1 100 places)
  • Protection de l’enfance :
    - 1 050 enfants ayant fait l’objet d’une évaluation suite au recueil d’une information préoccupante
    - 700 enfants ayant fait l’objet d’un signalement
  • Adoption : 28 agréments délivrés

Logement

  • 788 familles aidées en 2008 sur le fonds de solidarité pour le Logement (FSL)


Insertion (RSA)

  • Plus de 8 500 bénéficiaires, dont 6 400 à la charge du Conseil général
  • Un suivi renforcé de 400 bénéficiaires par Pôle emploi (10 conseillers), avec un taux de retour à l’emploi de 25 %
  • Un accompagnement spécifique de 80 jeunes diplômés (Bac + 2 et + venant de quitter le système scolaire) par Piste, avec un taux de retour à l’emploi de 90 %
  • Plus de 900 jeunes en difficulté (18-25 ans) aidés au titre du fonds d’aide aux Jeunes (Faj)

Personnes handicapées

  • 884 bénéficiaires de prestations à domicile en 2009
  • 84 places d’hébergement auprès de 50 accueillants familiaux
  • Une capacité d’accueil de 324 places dans 11 foyers de vie, d’hébergement ou occupationnels

Personnes âgées

  • 6 510 prestations servies en 2008, dont plus de la moitié à domicile
  • Une capacité d’hébergement permanent en établissement de 3 500 lits (dont 184 spécialisés Alzheimer).
    En projet pour 2010 : 151 places nouvelles (à Vendeuvre-sur-Barse, Piney et Romilly-sur-Seine), dont 1/3 pour les patients Alzheimer.
  • 76 places d’hébergement auprès de 41 accueillants familiaux

Le saviez-vous ?
L’Aube est le département de Champagne-Ardenne qui offre le meilleur taux d’équipement en établissements médicalisés pour personnes âgées. Son taux est également très supérieur à la moyenne nationale.

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas