page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Session d'octobre 2009 : décision modificative n° 1 du budget 2009

Le Conseil général, acteur majeur du développement économique


Réuni pour sa quatrième réunion ordinaire de 2009, le 19 octobre, le Conseil général de l'Aube a apporté les dernières modifications au budget 2009.

Montée en puissance des parcs d’activités départementaux

Parc logistique de l’Aube (Moussey/St-Léger/Buchères)
160 emplois attendus d’ici 5 ans avec l’arrivée d’UFP, un des leaders de la distribution de consommables informatiques en Europe

Situé au sud de Troyes, près du péage autoroutier de Saint-Thibault, le parc logistique de l’Aube accueille sa première entreprise. Et non des moindres.
La société UFP International, qui a racheté l’entrepôt de 27 000 m2 construit en 2007 par ProLogis, compte en effet parmi les leaders européens de la distribution de consommables informatiques. Forte de 850 collaborateurs, son chiffre d’affaires représente plus de 800 millions d’euros en France et dans ses filiales étrangères.
Depuis sa création en 1981, UFP a su s’attacher une clientèle fidèle en misant sur un haut niveau de service et de disponibilité de ses stocks. Lié à tous les grands fabricants (Hewlet-Packard, Epson, Canon), UFP est ainsi devenu le fournisseur exclusif de grands noms tels que Carrefour, Auchan, FNAC ou Metro
Bien des raisons l’ont conduit à investir 20 millions d’euros dans le parc logistique de l’Aube: situation géographique, desserte autoroutière, bâtiment existant permettant un démarrage rapide d’activité, possibilités de croissance à moyen terme, accueil et réactivité des partenaires (Aube Développement, collectivités), etc.
Ultra moderne, très automatisée (robots, convoyeurs…), la nouvelle plateforme d’UFP ne s’en accompagne pas moins de 60 embauches dès la première année d’exploitation - l’effectif du site devant atteindre 85 à 100 personnes d’ici à 3 ans et 160 au bout de 5 années.
Afin d’accompagner cette activité stratégique pour le département, le Conseil général accorde à l’entreprise une subvention de 1,1 M€ conditionnée à la création des 100 emplois.

La 2e partie de la voie ferrée s’achève : 60 hectares de terrain bientôt reliés au rail
Propriétaire et aménageur du parc logistique, le Conseil général poursuit par ailleurs ses investissements sur la 1ère tranche commercialisable de 135 hectares. La construction de la 2e partie de la voie ferrée s’achève. Quelque 60 hectares de terrain seront ainsi reliés au rail très prochainement, ce qui ne fera que renforcer l’attractivité du site.

Parc de Torvilliers
Vocation agro-alimentaire renforcée avec l’implantation d’API restauration

Situé, lui aussi, à une sortie autoroutière (A5 Paris-Troyes), le parc de Torvilliers confirme, lui aussi, son attractivité – en même temps que sa vocation agro-alimentaire. Après l’entreprise GJ Services Froid, déjà en activité, c’est l’entreprise API Restauration qui s’apprête à prendre pied sur le site, sur une parcelle de 5 000 m2 vendue par le Conseil général. Spécialisée dans la restauration collective, API va implanter à Torvilliers une cuisine centrale ainsi que le siège de sa direction régionale Champagne-Bourgogne. Soit 25 emplois attendus sur le site.

Technopole de l’Aube (Troyes-Rosières)
15 ans après sa création, l’UTT confirme son rôle moteur
Créée en 1994 sous l’impulsion du Conseil général de l’Aube – avec l’aide de nombreux partenaires -, l’UTT (Université de technologie de Troyes) ne devait pas seulement développer l’enseignement supérieur. Elle devait aussi doper l’économie, en aidant les entreprises à développer leurs capacités d’innovation.
Quinze ans après, l’établissement connaît la montée en puissance prévue ; il joue également un rôle moteur dans le développement du parc technologique et scientifique de la Technopole de l’Aube.

La 2e extension de l’UTT se précise,
avec la création d’un pôle de recherche de 5 600 m2
Evoquée ce printemps, lors de la venue à Troyes de Valérie Pécresse (ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche), la 2e extension de l’UTT se précise.
Les 5 600 m2 à construire seront entièrement dédiés à la recherche.
Le nouveau pôle regroupera 6 centres d’activités. Et il portera la capacité d’accueil de l’UTT à 3 000 étudiants d’ici 2012.
Inscrite au contrat de projets Etat-Région et au programme européen FEDER 2007-2013, l’opération est estimée à 20,8 M€ incluant études, travaux et premier équipement.
Le Conseil général de l’Aube, qui en serait maître d’ouvrage, devrait bénéficier de subventions de l’Union européenne, de l’Etat, de la région Champagne-Ardenne et de la CAT.
Les bâtiments seront ensuite remis à l’Etat.

Un 3e hôtel de bureaux en perspective
pour accueillir un grand groupe français d’ingénierie
Un grand groupe français d’ingénierie se montre actuellement intéressé par de possibles synergies avec les chercheurs de l’UTT, et par une implantation à proximité de cet établissement, sur la Technopole de l’Aube.
Pour le cas où ce projet aboutirait, le Conseil général se prépare à construire un 3e hôtel de bureaux, d’une surface totale de 2 520 m2, afin de le louer à ce groupe.
Son programme de construction de bâtiments locatifs sur la Technopole a, rappelons-le, d’ores et déjà porté ses fruits :
- Le 1er hôtel de bureaux est entièrement occupé depuis 2005 par la Sté LDR Médical.
- Quant au 2e bâtiment, actuellement occupé à 70 % par 5 entreprises, il accueillerait provisoirement le groupe d’ingénierie pressenti, en attendant la construction du 3e.

Lancement des études
pour un bâtiment de l’école d’ingénieurs EPF
Encore un partenariat de l’UTT qui va attirer de l’activité…
Une nouvelle école d’ingénieurs s’apprête à s’installer à Troyes, sur la Technopole de l’Aube : l’EPF – école d’ingénieurs généraliste dont le siège est à Sceaux, au sud de Paris.
Ex-Ecole polytechnique féminine, mixte depuis 1994, l’EPF développe depuis peu un partenariat avec l’UTT en matière de recherche et d’enseignement. Cette coopération devant progressivement monter en puissance, l’EPF serait d’abord hébergée à l’UTT avant d’intégrer des locaux spécifiques, capables d’héberger 220 étudiants et 13 enseignants (objectif après 5 ans de fonctionnement). Pour accompagner cette évolution, le Conseil général met d’ores et déjà à l’étude la construction d’un bâtiment de 3 000 m2 à proximité de l’UTT.

Concrétisation des 2 projets de résidence de tourisme autour des lacs

Les efforts de prospection conduits par le comité départemental du tourisme, en lien avec le Conseil général, continuent de porter leurs fruits. Après la camping Kawan à Mesnil-St-Père et le Handiclub de Géraudot, deux autres projets d’hébergement touristique de qualité se concrétisent au sein du Parc naturel régional de la forêt d’Orient – avec, à la clé, une plus grande fréquentation touristique et donc, davantage d’activité économique.

Subvention à la commune de Vendeuvre-sur-Barse pour l’accueil, sur son terrain, du Vital Parc (centre de remise en forme et de détente)

Le Conseil général accorde une subvention de 700 000 € à la commune de Vendeuvre-sur-Barse pour l’aider à viabiliser le terrain devant accueillir la résidence Vital Parc, portée par le groupe A+ Santé.
Situé le long de la RD 79, près du golf de l’Ermitage, le terrain va bientôt se transformer en complexe touristique de 404 lits répartis sur un hôtel 3 étoiles de 60 chambres, 40 cottages mitoyens et 9 roulottes de campagne. Bar, restaurant et salles de séminaires complèteront les deux pôles de « remise en forme » et de « détente » comprenant balnéothérapie, spa, fermette pédagogique et équipements sportifs.
Le porteur du projet envisage la création de 45 emplois sur le site, à l’horizon 2011.

Viabilisation du terrain de Dienville en vue de la construction d’une résidence de tourisme 3 étoiles
Un nouvel investisseur a été trouvé par le comité départemental du tourisme de l’Aube pour relancer le projet de construction de résidence touristique 3 étoiles à Dienville sur un terrain du Conseil général situé en bordure du lac Amance.
Suite à la défection du groupe immobilier Nexity, la société financière Maulin, basée dans l’Isère, est partante pour poursuivre le projet initial – en conservant l’exploitant initialement prévu, la société Goelia.
Maulin possède plusieurs résidences de loisirs, en particulier une grande partie de la station de sports d’hiver du Corbier/La Toussuire en Savoie. Goelia, quant à elle, continue de proposer une offre diversifiée et de qualité en matière d’hébergement touristique.
Ainsi qu’il était déjà prêt à le faire en 2008, du temps de Nexity, le Conseil général va donc engager les travaux de viabilisation de son terrain.
1,8 M€ de crédits sont prévus à cet effet, sachant que le terrain viabilisé pourrait ensuite, soit être vendu à l’investisseur, soit être mis à sa disposition par un bail à construction de 49 ans.

Plan de relance économique : l’accélération des investissements est réelle

Le Conseil général de l’Aube avait répondu présent, début 2009, au plan de relance économique « anti-crise » lancé par le gouvernement. Il avait alors débloqué 8 M€ supplémentaires pour accélérer ses investissements (canal de la haute Seine, rénovation des collèges, travaux routiers comme ceux de la rocade nord, etc.) et pour accompagner  les projets des communes.
82 % de l’objectif a d’ores et déjà été réalisé.En ligne avec les prévisions, l’objectif de 70 millions d’euros de dépenses réelles d’équipement devrait être atteint fin 2009.

Electrification de la ligne SNCF Paris-Bâle (section Gretz-Troyes) : le Conseil général de l’Aube confirme sa participation

Ayant obtenu des précisions satisfaisantes sur le contenu et le financement des 135 M€ de la section auboise, le Conseil général confirme sa participation financière à l’électrification de la ligne Paris-Bâle (section Gretz-Troyes).
Il reste prêt à prendre en charge la moitié des 35 millions d’euros qui reviennent aux collectivités de l’Aube, soit 17,5 millions d’euros - le reste du financement départemental se répartissant entre la communauté de l’Agglomération troyenne (15,2 M€), la ville de Troyes (2 M€), ainsi que les communes et communautés de communes de Nogent-sur-Seine et Romilly-sur-Seine (0,3 M€).
Le dossier n’est pas complètement bouclé pour autant.
Rassuré sur le financement des 135 M€ de la section champardennaise (45 M€ Etat, 45 M€ Région et 10 M€ Réseau ferré de France), le Conseil général insiste désormais pour obtenir des assurances sur le financement de la section complémentaire, située en Ile de France.
Le Conseil général demande que les acteurs franciliens s’engagent rapidement à financer les 105 M€ qui manquent à ce jour pour finaliser cette section francilienne.

Au fil des rapports...

Extension de l’Hôtel du département
et construction d’un auditorium / salle de congrès

Après la demande de permis, les fouilles archéologiques en vue
Début octobre 2009, le Conseil général a déposé auprès de la mairie de Troyes sa demande de permis de construire pour l’extension de l’hôtel du Département ainsi que pour la construction de l’auditorium/salle de congrès : un équipement destiné à renforcer l’attractivité de Troyes en tant que « ville de congrès », et au-delà, de l’ensemble du département.
Cette demande de permis de construire comporte, notamment, une demande de démolition préalable de l’auvent de l’actuelle entrée de l’Hôtel du département.
En attendant l’instruction du dossier, des travaux préparatoires à la réalisation des fouilles archéologiques débuteront d’ici à la fin 2009 : travaux sur les réseaux (électricité, gaz, téléphone, eau) ; abattage d’arbres, pose de clôture de chantier.
Les fouilles proprement dites démarreront début 2010.

Centre départemental de l’enfance

Le projet d’établissement favorise un maintien maximal du lien enfant-parents.
Service du Conseil général, le centre départemental de l’enfance (St-Parres-aux-Tertres) se réorganise complètement afin de mieux assurer sa mission auprès des enfants en difficulté dont il la charge depuis 30 ans (12 000 jeunes accueillis depuis 1979, le plus souvent sur décision judiciaire).

Née d’une vaste réflexion interne et inscrite dans la droite ligne du schéma départemental de protection de l’enfance, cette réorganisation vise à :
- améliorer la prise en charge les enfants, en individualisant au maximum les solutions et en les confortant au maximum dans leur milieu naturel de vie,
- faire davantage intervenir les parents, en les soutenant et en s’appuyant sur leurs propres capacités à agir (principe déjà expérimenté par le Conseil général de l’Aube dans le cadre du PHOM – placement des enfants à leur propre domicile, grâce au soutien permanent d’une équipe éducative auprès des parents).
Concrètement, le nouveau projet d’établissement va :
- réduire le nombre et la durée des placements traditionnels en établissement
- développer au contraire les modes d’accompagnement alternatifs.

La nouvelle structure du CDE s’articulera autour des pôles suivants :

  • pôle d’accueil d’urgence (urgence petite enfance et urgence 6/18 ans)
  • pôle d’accueil moyen et long séjour (« maison d’enfants à caractère social »)
  • espace d’apprentissage et de soutien aux parents (« crèche éducative »)
  • espace rencontre parents-enfants, accompagné par des professionnels
  • service d’intervention à l’extérieur de l’établissement
  • appartements extérieurs (destinés aux jeunes majeurs en voie d’autonomisation).


Nouvelles habitudes de travail, formations spécifiques…
Il convient de souligner l’implication des professionnels du CDE dans l’élaboration de ce projet d’établissement. Il seront demain les acteurs de sa réussite, au bénéfice des enfants.

Collèges : le point sur les rénovations en cours

Troyes-Beurnonville : de mauvaises surprises dans l’ancien bâtiment de la cité administrative (désordres sur les chapes) retardent l’opération. C’est en avril 2010 que le collège pourra intégrer ses nouveaux locaux.
Troyes- Pithou : les travaux de rénovation doivent s’achever en mars 2010
Bar-sur-Aube : la construction de la nouvelle demi-pension et de la liaison lycée-collège de la cité scolaire doit se poursuivre jusqu’en septembre 2010.
Lusigny-sur-Barse : débutés en septembre 2008, les travaux du nouveau bâtiment accusent un retard de plusieurs mois dans l’exécution des façades.
Romilly-sur-Seine : Le concours ayant été lancé le 20 mars 2009, c’est en novembre ou décembre que sera choisi l’architecte pour des travaux qui pourraient débuter en début d’année 2011.

Cité scolaire de Bar-sur-Aube : aire de stationnement des cars scolaires

Le projet initial a été amélioré pour une circulation plus fluide et une meilleure sécurité.
Depuis qu’il a décidé, en mai 2009, d’aménager une aire de stationnement des cars scolaires à la cité scolaire de Bar-sur-Aube, le Conseil général a été amené à modifier le projet, suite aux études et concertations menées.
Le parking sera finalement plus grand (10 cars accueillis au lieu de 8), mieux éclairé ; et les flux piétons/deux roues/voitures/bus seront davantage séparés, grâce à un allongement des barrières.
Au final, l’opération coûtera donc plus cher : 750 000 € TTC de travaux, et 60 000 € d’achat de terrain. Il s’agit du prix à payer pour la sécurité des enfants déposés chaque jour au collège.

Collèges publics

Les dotations de fonctionnement sont en hausse de 8 %.
Les dotations de fonctionnement aux collèges pour 2010 augmentent de 8,51 % par rapport à la dotation initiale de 2009 – en raison, notamment, de l’augmentation du coût de l’énergie. Elle représenteront près de 3 M€ dans le budget du Conseil général (2,927 M€). Une somme qui témoigne de l’attachement du Département aux bonnes conditions de formation de ses jeunes.

Romilly-sur-Seine

Comment la déviation nord sera financée
Le projet de déviation nord de Romilly-sur-Seine avance :

  • le 10 septembre, le Conseil général (maître d’ouvrage) a reçu de la Préfecture l’avis favorable du commissaire enquêteur suite à l’enquête publique conduite cet été.
  • Le Conseil général décide, ce 19 octobre, de prononcer « la déclaration de projet »
  • Le coût total actualisé (valeur 2009) est désormais connu : 4,2 M€ TTC (92 000 € d’achat de terrains, 280 000 € d’études et 3,828 M€ de travaux)
  • La convention de financement élaborée avec la ville prévoit que le Conseil général de l’Aube prendra à sa charge 70 % de l’opération, et la ville de Romilly, 30 %

Pour mémoire, la déviation nord concerne la RD 440 entre le carrefour RD 619/ RD 440 et la RD 206.

Développement de services en ligne

Des aides de l’Union européenne attendues
Le Conseil général de l’Aube s’apprête à solliciter l’Union européenne pour contribuer au financement d’un bouquet de services à la population, en ligne, développé par ses services internes :

  • portail de recherches d’assistants maternels,
  • portail de recherche d’hébergement pour personnes âgées,
  • service d’alerte par voie électronique (courriel et/ou SMS) à destination, en particulier, des parents d’enfants utilisant les transports scolaires, des usagers de la route en hiver, des plaisanciers sur les bases nautiques,
  • un service d’information sur les conditions de circulation.


Accueil d’apprentis possible, désormais, au Conseil général
Le Conseil général peut désormais accueillir des apprentis au sein de son administration, dans le cadre d’un contrat de travail privé d’une durée de 3 ans, rémunéré à hauteur maximale du SMIC.
« Gagnant-gagnant ». La formule présente un double avantage :

  • insertion professionnelle facilitée pour le jeune apprenti qui bénéficie d’une formation en alternance (formation théorique en école, et pratique au Conseil général)
  • souplesse pour la collectivité en termes d’emploi et de gestion des compétences

Equipements scolaires, sportifs et socioculturels : élargissement des aides aux communes

Le Conseil général subventionne désormais (aussi) l’achat de bâtiments existants.
Désormais, le Conseil général va subventionner les communes qui choisissent de racheter un bâtiment existant pour le transformer en équipement scolaire, salle sportive ou socioculturelle. Jusqu’alors, seules les constructions nouvelles étaient aidées. Or, de plus en plus souvent, le choix est fait de rénover du bâti existant. Double avantage, là encore : c’est souvent moins coûteux et cela met en valeur le patrimoine.

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas