page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Chronologie

Ressources

Partenaires

Documents

Eléments graphiques

Le Conseil général de l'Aube met à disposition de tous un visuel "Aube Napoléon 2014" pouvant être utilisé pour la communication de tout événement se rapportant à Napoléon et se déroulant dans l'Aube en 2014.

Napoléon, un parcours hors norme

15 août 1769

Naissance à Ajaccio. Son père, Charles Bonaparte, appartient à la petite noblesse corse et est nommé député aux états généraux en 1778.

1er janvier 1779

Entrée au collège d’Autun, afin de perfectionner son français.

15 mai 1779

Entrée à l’école militaire royale de Brienne-le-Château, en classe de septième. Il est recommandé par le gouverneur de Corse, le comte de Marbeuf. Elève boursier, il brille surtout en mathématiques, moins en latin et allemand.

22 octobre 1784

Entrée à l’Ecole militaire de Paris. Il en sort le 28 octobre 1785, à la 42e place sur 58 promus – la plupart plus âgés. Il est affecté au régiment d’artillerie de la Fère, à Valence.

3 novembre 1785

Garnison à Valence.

Septembre 1786-septembre 1787

Série de permissions et retour en Corse.

15 juin 1788

Il rejoint son régiment à Auxonne et y apprend son métier d’artilleur.

Septembre 1789-février 1791 puis septembre 1791-mai 1792, puis octobre 1792

Napoléon Bonaparte effectue plusieurs voyages en Corse. Il soutient l’indépendantiste Pascal Paoli avant de se brouiller avec lui en février 1793. Sa famille quitte précipitamment la Corse le 11 juin 1793.

Auparavant, en mars 1792, il est élu lieutenant-colonel de la Garde républicaine. Le 10 août 1792, il assiste à la prise des Tuileries.

Juin 1793

Siège de Toulon. En charge de l’artillerie, son rôle est décisif dans la prise du port. Il se rapproche de plusieurs personnalités et jeunes officiers qui l’accompagneront tout au long de sa carrière (Marmont, Victor, Junot, Duroc…)

22 juin 1793

Nommé général de brigade.

1794-1795

Lavé de toute accusation à la chute de Robespierre, dont il connaissait le frère, il est mis en congé.

13 vendémiaire (5 octobre 1795)

Appelé par Barras pour défendre la Convention, il repousse les insurgés royalistes avec l’aide de Murat. Nommé général de division le 16 octobre, puis général en chef de l’armée de l’Intérieur le 26 octobre.

9 mars 1796

Mariage avec Joséphine de Beauharnais.

11 mars 1796

au

7 octobre 1797

Commandant en chef de l’armée d’Italie, prévue comme une armée de diversion. Son sens tactique et son tempérament de chef lui permettent de mener une campagne exceptionnelle, battant successivement les armées piémontaises et autrichiennes. Prise de Milan (15 mai 1796), siège de Mantoue (pris le 2 février 1797), et série de victoires dont Arcole (15-17 novembre 1796) et Rivoli (14-15 janvier 1797). Paix de Campoformio (7 octobre 1797). Sa popularité inquiète le Directoire.

25 décembre 1797

Elu à l’Institut dans la classe des sciences physiques et mathématiques.

19 mai 1798

Appuyé par Talleyrand, Napoléon Bonaparte embarque pour l’Egypte, après avoir décliné un projet d’invasion de l’Angleterre. L’objectif est de couper la route des Indes à l’Angleterre. Victoire des Pyramides (21 juillet 1798), mais la flotte est battue à Aboukir (1er-2e août) puis il est stoppé à Saint-Jean-d’Acre, son armée étant décimée par la maladie (mars/mai 1799). La forteresse est tenue par un ancien élève de Brienne-le-Château, le colonel Phélippeaux, et les Britanniques. Napoléon laisse l’armée d’Egypte à Kléber, qui sera assassiné peu après, et rentre en France.

1799

Coup d’Etat du 18 brumaire : Napoléon Bonaparte devient l’un des trois Consuls, avec Sieyès et Ducos.

14 juin 1800

Victoire de Marengo, en Italie, contre les troupes du Saint-Empire.

12 mai 1802

Napoléon Bonaparte devient Consul à vie.

30 avril 1803

Napoléon vend la Louisiane aux Etats-Unis.

2 décembre 1804

Napoléon se couronne Empereur des Français.

Avril 1805

Napoléon fait étape à Troyes et Brienne-le-Château sur la route de Milan, où il reçoit la couronne de Lombardie.

19 octobre 1805

Victoire de Napoléon à Ulm face aux Autrichiens.

21 octobre 1805

Défaite navale lors de la bataille de Trafalgar, qui met un terme au projet de conquête de l’Angleterre.

2 décembre 1805

Victoire d’Austerlitz contre l’Autriche et la Russie.

14 octobre 1806

Victoire de Napoléon à Iéna et du maréchal Davout à Auerstaedt face à la Prusse.

1807

Victoires d'Eylau le 8 février et de Friedland le 14 juin.

1807-1813

Campagne d’Espagne et du Portugal. La population se soulève et l’armée britannique intervient. Les meilleures troupes françaises sont bloquées dans la péninsule.

20-22 mai 1809

Défaite d’Essling face à l’Autriche et mort du maréchal Lannes, l’un de ses plus précieux commandants.

5-6 juillet 1809

Victoire de Wagram face aux Autrichiens.

2 avril 1810

Napoléon, qui vient de divorcer, épouse l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche.

20 mars 1811

Naissance d’un fils, le « roi de Rome ».

1812

Apogée de l’Empire, qui compte 134 départements de Hambourg à Rome et Barcelone, et plusieurs états vassaux.

1812

Début de la campagne de Russie en juin. 600 000 hommes avancent jusqu’à Moscou. Les Russes adoptent la stratégie de la terre brûlée. Bataille de la Moskowa (Borodino, 7 septembre). Entrée dans Moscou le 14, incendiée par les Russes. L’hiver se rapproche et les troupes font retraite vers l’Allemagne à partir du 18 octobre. La Grande Armée est détruite par le froid, la neige et le harcèlement des Cosaques. Bataille de la Bérézina (26-29 novembre 1812). Les pontonniers se sacrifient pour que l’armée passe le fleuve. Plus de 45 000 morts ou prisonniers, et 50 000 trainards sont bloqués dans Vilnius.

1813

Des révoltes se produisent un peu partout (Pays-Bas, Espagne) et les défections s’enchaînent, dont celle du maréchal Bernadotte, couronné roi de Suède en 1810 avec l’aval de Napoléon. Le 17 mars, la Prusse déclare la guerre. Début de la campagne d'Allemagne. Le 16 novembre, la Hollande est perdue.

21 juin 1813

Défaite de Vitoria : les Français sont chassés d’Espagne par les Anglais.

16-19 octobre 1813

Bataille de Leipzig, dite « bataille des Nations » : 180 000 Français sont opposés à 300 000 Autrichiens, Prussiens, Russes et Suédois. Dans cette plus grande bataille de l’Empire, Napoléon doit sonner la retraite.

La campagne de France de 1814 : éléments historiques

15 décembre 1813

Les Alliés se mettent en route sur trois axes :

-Schwarzenberg à travers la Suisse et le Jura

-Blücher par la Lorraine et l’Alsace

-Bernadotte par la Hollande.

6 janvier 1814

Trahison de Murat, roi de Naples : l’armée d’Italie, commandée par Eugène de Beauharnais, est prise entre deux feux.

29 janvier 1814

Victoire de Napoléon à Brienne-le-Château.

1er février 1814

Schwarzenberg et Blücher font jonction et remportent le succès à La Rothière.

10 au 14 février 1814

Série de victoires de Napoléon face aux Prussiens : Champaubert, Montmirail, Château-Thierry, Vauchamps.

18 février 1814

Victoire de Montereau face aux Autrichiens.

Mars 1814

Série de batailles entre Soissons et Reims. Lourde défaite à Laon.

20-23 mars 1814

Défaite à Arcis-sur-Aube.

25 mars 1814

Les généraux Mortier et Marmont sont battus à Fère-Champenoise : la route de Paris est ouverte.

30 mars 1814

Les Alliés attaquent Paris par Montmartre. La ville capitule le 31 mars.

2 avril 1814

Napoléon est déchu de son trône par le Sénat.

6 avril 1814

Abdication sans condition.

10 avril 1814

Bataille de Toulouse : le maréchal Soult repousse les Anglais de Wellington, mais doit abandonner la ville le 12.

20 avril 1814

Napoléon quitte Fontainebleau pour l’île d’Elbe.

Les Cent-Jours

1er mars 1815

Napoléon débarque à Golfe-Juan.

7 mars 1815

En passant par Digne, Sisteron et Gap, il rejoint Grenoble. Les troupes envoyées contre lui se rallient.

10 mars 1815

Entrée triomphale à Lyon.

16-18 mars 1815

Autun, puis Auxerre, où son ancien compagnon, le maréchal Ney, se rallie. Murat se rallie également et lance les combats en Italie.

19-20 mars 1815

Joigny, Sens, Fontainebleau. Louis XVIII et ses ministres, ainsi que de nombreux officiers, ont quitté Paris et pris la route de Beauvais.

20 mars 1815

Napoléon est aux Tuileries. Réorganisation de l’armée et quelques troubles en province (Vendée, Aveyron).

2 mai 1815

Murat, battu à Tolentino par l’Autriche, fuit en France.

14-16 juin 1815

Napoléon rejoint la Belgique. Prise de Charleroi, victoire de Ligny.

18 juin 1815

Défaite de Waterloo face aux troupes alliées, Britanniques (Wellington), Néérlandais et Prussiens (Blücher).

21 juin 1815

Abdication.

7 août 1815

Départ pour Sainte-Hélène, où il arrive le 16 octobre.

5 mai 1821

Décès de Napoléon Bonaparte à Sainte-Hélène.

L’œuvre administrative de Napoléon

Infatigable soldat, Napoléon Bonaparte n’a jamais abandonné les affaires de l’Etat. Même dans ses campagnes lointaines, il dirigeait la France, multipliant les lois et les décrets. Ses idées et ses décisions forment une œuvre administrative considérable, qui a eu un impact majeur sur l’histoire institutionnelle française et européenne. De nombreuses créations sont encore en vigueur de nos jours. Plusieurs codes de loi ont par ailleurs inspiré les textes en vigueur dans plusieurs pays d’Europe.

13 décembre 1799

Création du Conseil d’Etat

13 février 1800 

Création de la Banque de France

17 février 1800

Nomination des préfets à la tête des départements

15 juillet 1801

Concordat avec le pape

6 septembre 1801

Création des inspecteurs généraux du Trésor (ancêtres des inspecteurs des finances)

1er mai 1802

Création des lycées

19 mai 1802 

Création de la Légion d’honneur

24 décembre 1802

Création de 22 Chambres de commerce

7 avril 1803

Création du franc Germinal

21 mars 1804

Promulgation du Code civil, complété par le Code de procédure civile (1806), du Commerce (1807), d’instruction criminelle (1808).

18 mars 1806

Premier conseil de prud’hommes, à Lyon

10 mai 1806

Les universités, abolies sous la Révolution, sont recrées

1807

Construction de la future Bourse de Paris

16 septembre 1804

Création de la cour des Comptes

17 mars 1808

Création du baccalauréat

18 février 1810

Promulgation du Code pénal

Tout au long du règne

Travail de cadastre du territoire

Parmi l’héritage de Napoléon, on peut aussi citer :

  • A Paris : la numérotation pair-impair des rues, l’aménagement du Père-Lachaise, et de nombreux aménagements (ex. Ponts des Arts)
  • A Lyon, place Bellecour
  • L’aménagement de ports (ex. Dunkerque)
  • Le canal de l’Ourcq
  • La fondation de La Roche-sur-Yon
  • Et de nombreux aménagements et monuments en province et en Europe.

On lui doit aussi la nomination d’une quarantaine de personnalités au Panthéon, militaires (dont Jean Lannes) ou civils (dont Jean Portalis, à l’origine du Code civil).

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas