page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Cauval à Bar-sur-Aube : le Conseil général s'associe au plan de sauvetage de l'entreprise

Cauval à Bar-sur-Aube : le Conseil général s'associe au plan de sauvetage de l'entreprise

Le Conseil général débloque 150 000 € d'avances remboursables pour contribuer au plan de sauvetage du site industriel du groupe d'ameublement Cauval, à Bar-sur-Aube.

26 novembre 2012

Afin de marquer sa solidarité avec le Barsuraubois, le Conseil général de l’Aube s’associe au plan de sauvetage du site du groupe d’ameublement Cauval, à Bar-sur-Aube. Lors de sa réunion sur les orientations budgétaires 2013, lundi 26 novembre, il a débloqué 150 000 € d’avances remboursables pour abonder un fonds d’aides publiques d’un million d’euros devant permettre le démarrage rapide d’une nouvelle activité : la production de matelas « sans marque », dont la commercialisation se fera essentiellement via Internet et via la grande distribution.
"Les salariés ne comprendraient pas qu'on n'essaie pas d'être solidaire, de tenter quelque chose" a résumé le président Adnot, ne cachant pas, toutefois, la gravité de la situation.

Un million d’euros d’aides publiques pour un projet de 2,2 M€
Pour ce projet estimé à 2,2 M€, Cauval met à disposition des investissements de production évalués à 1,2 M€. Le reste (1 M€) est financé par les pouvoirs publics sous forme d’avances remboursables sur 5 ans, sans différé d’amortissement.

Financement du plan de sauvetage

Etat

  500 000 €

Conseil régional Champagne-Ardenne

  150 000 €

Conseil général de l’Aube

  150 000 €

Communauté de communes de Bar-sur-Aube

     25 000 €

Commune de Bar-sur-Aube

     25 000 €

Fonds de revitalisation

   150 000 €

Total

1 000 000 €

 Le « sans marque » : une diversification plus rapide à mettre en œuvre que le recyclage de literie
Considérant que le marché du matelas « sans marque » enregistre des résultats satisfaisants en Grande-Bretagne mais qu’il demeure faiblement exploité en France, Cauval souhaite développer ce créneau au plus vite, compte tenu de l’urgence de la situation. Confronté à de graves difficultés (baisse de 80 % des commandes, endettement fort), le groupe espère ainsi sauvegarder un certain volume d’activités – et donc, des emplois – sur le site de Bar-sur-Aube. En particulier dans ses sociétés Latfoam (clic-clac) et Logibar (logistique).

Une autre piste de diversification de l’activité avait été évoquée : celle du recyclage et du développement de produits à base de fibres recyclables de literie. Cette activité innovante déjà développée par Cauval en Ardèche, à Flaviac, semblait prometteuse – notamment en raison de la mise en place d’une éco-contribution obligatoire sur l’ameublement à partir du 1er mars 2013. Actuellement toutefois, cette solution apparaît difficile à mettre en œuvre pour l’entreprise : trop longue (24 à 30 mois de délai sans compter le temps de finalisation du plan de financement), et trop coûteuse (projet à 20 millions d’euros).

Cauval à Bar-sur-Aube : près de 700 salariés répartis dans 5 sociétés
1er fabricant de sièges, canapés et literie en France, le groupe Cauval compte environ 5 000 salariés en Europe – dont 699 sur le site de production et de logistique de Bar-sur-Aube. A Bar-sur-Aube, les salariés sont répartis dans 5 sociétés dont 2 sont actuellement en redressement judiciaire. 

Sociétés

du groupe Cauval

à Bar-sur-Aube

Activité

Situation

Atmosphères intériors

Fabrication de canapés

En redressement judiciaire avec période d’observation jusqu’à fin avril 2013. Audience prévue le 10 décembre 2012 pour décider de la poursuite du redressement ou non.

Cipal

Production de literie de marque (Dunlopillo, Tréca, Simmons)

 

Latfoam

Fabrication de clic-clac

Forte dépendance de gros donneurs d’ordre (Conforama, But) ; Rentabilité indirectement affectée par la défaillance d’Atmosphères intériors

Logibar

Prestations logistiques pour

Atmosphères Interiors, Latfoam et Logibar

Rentabilité directement affectée par la défaillance d’Atmosphères intériors

OC Management

Fonctions transversales non productives pour le compte des 4 autres sociétés présentes à Bar-surAube

En redressement judiciaire avec période d’observation jusqu’à fin avril 2013.Audience prévue le 10 décembre 2012 pour décider de la poursuite du redressement ou non

 

A lire aussi : le communiqué du président du Conseil général daté du 30 octobre  

Partager cet article :
| Autres

A voir aussi : Toutes les actualités Entreprises, innovation Toutes les actualités de la catégorie Economie

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas