page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Téléphonie mobile Installation de pylônes et d'antennes pour une meilleure couverture

Le Conseil général a commencé en juin 2005 à installer 11 pylônes ou antennes supplémentaires dans l’Aube, afin de renforcer la couverture du département en téléphonie mobile.
Ces équipements dits « passifs » sont mis à la disposition des 3 opérateurs de téléphonie mobile. Ils servent de support à Bouygues, SFR et Orange pour installer leurs propres équipements techniques et établir un accès à leurs réseaux téléphoniques. Le tout, dans un délai de 6 mois maximum après l’installation du pylône ou de l’antenne.

15 juin 2005

Calendrier de mise en service pour les 15 communes concernées
Suite à l'installation des pylônes et antennes, 15 nouvelles communes auront accès aux 3 réseaux de téléphonie mobile, selon le calendrier prévisionnel suivant (sous réserve de modification de la part des opérateurs) :

Erection du pylône de Soulaines-Dhuys
Erection du pylône de Soulaines-Dhuys, vendredi 17 juin 2005 (c) Pascale Morand

 

Fin octobre 2005 :
La Chaise, Soulaines Dhuys, Saulcy, Maisons-les-Soulaines
Fin novembre 2005 :
Cunfin, Soligny-les-Etangs/Avant-les-Marcilly

Fin de l'année 2005 :
Maraye-en-Othe, Chennegy, St-Mards-en-Othe/Nogent-en-Othe
Début 2006 :
Marcilly-le-Hayer
Courant 1er semestre 2006 :
Donnement/Balignicourt.

 

Solidarité avec les communes
Bien que la téléphonie mobile ne fasse pas partie de ses obligations, le Conseil général de l’Aube a décidé de contribuer à réduire les zones d’ombre –afin de réduire les inégalités en la matière, au sein même du territoire départemental.
Seuls décisionnaires en ce domaine, les opérateurs de téléphonie mobile ont en effet tendance à se déployer dans les zones les plus peuplées –contribuant ainsi au déséquilibre entre zones rurales et zones urbaines.
En juillet 2001, le CIADT de Limoges (Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire), avait largement évoqué cette question, et pris des mesures incitatives.
C’est dans ce cadre que le Conseil général de l’Aube a signé une convention avec les 3 opérateurs, afin de mettre à leur disposition des infrastructures passives dans des zones pas du tout couvertes jusqu’à présent. A charge, pour eux, d’y installer les équipements donnant accès aux 3 réseaux.

3 à 6 mois de patience avant de pouvoir utiliser son mobile
Selon les cas, ce sont des pylônes ou bien des antennes situées sur des points hauts (silos, etc.) qui seront installés. Pour coordonner et suivre la construction de ces nouveaux équipements, le Conseil général (maître d’ouvrage) a sélectionné un bureau d’études –en l’occurrence Renfor-Dom (St-André-les-Vergers). Quant aux entreprises, elles seront trois à intervenir : Camusat, Sade et Forclum.
Chaque installation coûtera environ 80 000 € ;  20 % seront financés par le Conseil général de l’Aube, le reste étant à la charge de l’Etat et de l’Europe.
Une fois le pylône ou l’antenne en place, il faudra encore s’armer de patience avant de pouvoir utiliser son portable. La convention nationale prévoit en effet que les opérateurs ont un délai de 6 mois pour installer leurs propres équipements techniques. Dans l’Aube toutefois, ils se sont engagés à raccourcir ce délai au maximum.

Et après ?  11 autres communes au programme de la phase 2
Une fois ces 15 communes couvertes par la téléphonie mobile, tout ne sera pas réglé pour autant. Une deuxième phase d’extension de la couverture se prépare pour 11 autres communes, dont la liste avait été définie par la Préfecture de Région dès 2002.
Il s’agit des communes de : Arrelles, Balnot-la-Grange, Chacenay, Etourvy, Faux-Villecerf, Jully-sur-Sarce, Les Granges, La Loge Pomblin, Noë-les-Mallets, Viviers-sur-Artaut et Vougrey.
Contrairement à la phase 1 (en cours), cette phase 2 relève de la compétence exclusive des opérateurs de téléphonie mobile.
Le Conseil général, néanmoins, continue de s’impliquer dans la concertation entre les communes concernées et les opérateurs.
Compte-tenu des procédures (études d’implantation, recherche de sites, déclarations de travaux, puis travaux), c’est au second semestre 2006 que les équipements de la deuxième étape devraient pouvoir être installés.
Au total donc, grâce à ces 2 phases, 26 nouvelles communes auront accès à la téléphonie mobile. Toutes bénéficieront des 3 réseaux.

Partager cet article :
| Autres
Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas