page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Rocade sud-est de Troyes : le point au 30 janvier 2006 sur les coûts et sur le calendrier

Interrogé suite à des articles de presse sur le sujet, le Conseil général fait le point, au 30 janvier 2006, sur les coûts et sur le calendrier de réalisation de la rocade sud-est de l’agglomération troyenne.

03 février 2006

1. Coût de la rocade.
C’est l’Etat, et non pas le Conseil général, qui, sur la base d’un avant-projet très sommaire, avait évalué l’opération à 31 millions d’euros dans les années 96/98. Quand le Conseil général a pris la maîtrise d’ouvrage de l’opération et qu’il a commencé à travailler concrètement sur le dossier, il a constaté que les coûts seraient –en réalité– bien supérieurs. L’avant-projet détaillé a fait apparaître des coûts plus importants liés, en particulier, au Plan de prévention des risques d’inondation (et aux ouvrages hydrauliques à construire dans ce cadre). La somme de 50 millions d’euros TTC  n’est nullement un « scoop » de janvier 2006. Elle correspond bien aux estimations du Conseil général, valeur août 2002.

 

2. La CAT et la Région sollicitées pour tenir compte du coût réel.Le Conseil général a sollicité ses 2 partenaires financiers, la CAT et le Conseil régional, pour qu’ils tiennent compte de l’évolution réelle des coûts –autrement dit, pour qu’ils ré-ajustent l’aide qu’ils avaient prévu d’apporter dans le cadre de la Convention complémentaire au Contrat de plan Etat/Région. La CAT (Communauté de l’agglomération troyenne) a d’ores et déjà souligné l’intérêt qu’elle attache à la poursuite de l’opération et à son financement. Quant à la Région, elle étudie la question.


3. Le retard dans le calendrier : uniquement dû aux fouilles archéologiques.
Le retard du chantier est entièrement, et uniquement, lié à une question technique : celle des fouilles archéologiques, obligatoires dans ce type d’opération.
Du côté de Saint-Parres-aux-Tertres et de Baires, le diagnostic et les fouilles sont terminés, ce qui permettra de construire les ponts.
En revanche, sur le reste du tracé, c’est l’inconnue.
Suite au diagnostic archéologique qui s’est achevé en décembre 2005, des fouilles viennent d’être prescrites par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Le Conseil général vient donc de lancer un appel d’offres pour trouver un prestataire qui réalisera ces fouilles. En attendant la remise des plis (fixée au 10 mars 2006), on ne peut pas établir de calendrier précis. Au mieux, on pourra libérer les terrains à l'été 2006. D'où la nécessité de reporter les terrassements qui auraient démarré dès le mois de mars, s’il n’y avait pas eu besoin de fouilles.

Ces nouvelles fouilles  (dites de "diagnostic approfondi") auront lieu  sur 5 sites répartis sur l'ensemble du tracé. Deux sites seront ensuite sélectionnés pour des fouilles encore plus complètes.


4. De la compétence des services du Conseil général.
Quoi qu’il en soit, toutes les procédures nécessaires à la réalisation de la rocade ont été menées dans les délais par les services du Conseil général  : concertation de la population, procédure préalable à la Déclaration d’utilité publique, remembrements, enquête loi sur l’eau, etc.
Les services du Conseil général ont toute compétence pour gérer ce dossier. Ils sont d’ailleurs habitués à gérer la complexité, ainsi que le prouvent les nombreuses réalisations qu’ils ont déjà pilotées : Université de technologie de Troyes, Technopole, Centre sportif, Parc logistique, etc.

Partager cet article :
| Autres
Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas