page accueil www.cg-aube.fr

Maison
  • Accueil
  • Le Conseil départemental

Clairvaux : un vœu unanime en faveur du maintien de la maison centrale

Clairvaux : un vœu unanime en faveur du maintien de la maison centrale

Le Conseil départemental de l’Aube a adopté à l’unanimité un vœu en faveur du maintien de la maison centrale de Clairvaux, lors de sa 3e réunion ordinaire de l’année 2016, lundi 23 mai.

23 mai 2016

Ci-dessous le contenu de ce vœu :

"L’annonce de la fermeture de la prison de Clairvaux par le ministre de la Justice, sans aucune concertation préalable, a été brutale et a suscité immédiatement de nombreuses réactions tant de la part des personnels pénitentiaires, de la population locale, que des élus locaux soutenus spontanément par leurs voisins hauts-marnais.


Le ministre a justifié sa décision par « l’état de vétusté et de dégradation » des locaux.

A l’initiative du sénateur Philippe ADNOT, président du conseil départemental de l’Aube, une délégation de douze élus des départements de l’Aube et de la Haute-Marne a plaidé d’une seule voix, auprès du Ministre de la Justice, le mardi 17 mai 2016 après-midi, pour le maintien de la prison centrale de Clairvaux (Aube).

 

Considérant que :

  • le déplacement des personnels, dont il convient d’apprécier le service rendu par des générations sur ce site et dont un grand nombre a construit sa vie familiale sur ce territoire, sera source de préjudice moral et financier pour toutes ces familles ;

 

  • le départ des 200 employés de cet établissement et de leurs familles constituerait une véritable catastrophe économique, sociale et culturelle pour tout le territoire (effondrement du marché de l’immobilier, fermeture des commerces, …) dans un contexte local déjà très perturbé par la fermeture des entreprises SIMPA et ALLIA à Vendeuvre-sur-Barse (+ de 450 licenciements), de la Cristallerie royale de Champagne à Bayel (35 licenciements), des difficultés du groupe CAUVAL à Bar-sur-Aube (460 emplois) ;

 

  • la fermeture de la prison de Clairvaux impacterait également la compagnie de gendarmerie de Bar-sur-Aube, dont les effectifs seraient revus à la baisse voire supprimés à terme. La communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube qui, en 2005, a pris le risque financier d’un emprunt de 35 ans pour la construction de la caserne et des logements de gendarmes, devra honorer toutes ses échéances jusqu’en 2040 ;  

 

  • la dynamique de valorisation historique et culturelle du site de l’abbaye cistercienne, aujourd’hui en pleine ascension grâce au travail collaboratif de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux, du Département de l’Aube et de la Direction régionale des affaires culturelles, perdrait beaucoup de son attractivité qui repose sur la double identité du site voué à l’enfermement monacal et carcéral ;

 

  • les bâtiments abritant les détenus datent de 1970 et sont en bien meilleur état que de nombreux autres établissements ; les détenus les plus difficiles continuent d’y être placés en détention prouvant ainsi le professionnalisme des équipes et la bonne adaptation des lieux. En cas de fermeture, le ministère de la justice, propriétaire des lieux, devra continuer d’assumer ses obligations d’entretien des locaux ;

 

  • l’aménagement du territoire, dont la question cruciale est régulièrement posée depuis plus de 20 ans, ne peut pas se faire au mépris de la ruralité ;

 

Pour toutes ces raisons, le Conseil départemental de l’Aube demande :

  • le maintien en activité de la maison centrale de Clairvaux, site d’importance stratégique en matière de dynamisme et d’équilibre des territoires pour ce secteur de faible densité de population, niché aux confins de l’Aube et de la Haute-Marne  et lieu, unique en France, de mémoire de l’administration pénitentiaire et de référence institutionnelle spécialisée dans la prise en charge des détenus difficiles et dans le fonctionnement harmonieux entre les deux identités prison et abbaye cistercienne ;

 

  • que tous les ministères concernés soient associés à l’étude d’un traitement global du maintien de l’activité carcérale à Clairvaux, notamment le Ministère de la Culture et de la communication et le Ministère de l'aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales."

Photo : Pascal STRITT

Partager cet article :
| Autres

A voir aussi : Toutes les actualités Collectivités Toutes les actualités de la catégorie Conseil départemental

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas