page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Flyprod s'installe sur la Technopole de l'Aube

Flyprod s'installe sur la Technopole de l'Aube

1ère usine française de production de volants d’inertie, FLYPROD s'est installée sur la Technopole de l'Aube, dans une usine-relais financée par le Département. Soutenu par l'Etat au titre des « Investissements d’avenir », FLYPROD est appelé à relancer la France en matière de stockage d’électricité et de régulation des réseaux.
Son inauguration, jeudi 15 septembre 2016, s'est déroulée en présence de Louis Schweitzer, commissaire général à l'investissement.

14 septembre 2016

Le sénateur Philippe ADNOT, président du Conseil départemental de l’Aube et Pierre FESSLER, président de la société LEVISYS inaugurent, jeudi 15 septembre 2016, sur le site de la Technopole de l’Aube en Champagne, FLYPROD, la toute première usine française de production de volants d’inertie* destinés au stockage de l’électricité et à la régulation des réseaux.

Commissaire général à l’investissement, Louis SCHWEITZER  participe à l’événement, marquant l’intérêt de la France pour FLYPROD (FLYwheel PRODuction) : un projet stratégique de 14,58 M€ soutenu par l’Etat à hauteur de 3,75 M€ dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) mis en œuvre par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

La réalisation de cette unité de production ultra moderne de 4 000  m2 représente un investissement de 6,5 millions d’euros financé par le Département de l’Aube, partenaire de la première heure. Propriété de la collectivité départementale, cette usine-relais fait l’objet d’une location-vente sur 20 ans à la société LEVISYS.

Les autres membres du consortium FLYPROD sont :

 • ENGIE Ineo, intégrateur des volants LEVISYS (sur le site Ineo Scle Sfe), qui pilote également   « Smart Grid Experience » à Toulouse, 1er réseau électrique intelligent testé à l’échelle d’une Zone d’activité en France, 1er site sur lequel LEVISYS déploie et teste sa technologie en conditions réelles ;
 • CIRTEM, concepteur et fabricant de l’électronique de puissance nécessaire au fonctionnement des  volants et leur raccordement au réseau ;

 • l’Université de technologie de Troyes (UTT), dont les équipes « gestion de production », « génie mécanique » et « simulation numérique » apportent leur concours aux études du volant  et de la ligne pilote de production.

LEVISYS va désormais poursuivre l’installation de sa ligne pilote de production des volants d’inertie. Elle vise, courant 2017, une production de 100 machines/an – soit  une puissance de stockage déjà très significative de 4 MW. La société prévoit de recruter une trentaine de personnes, principalement des techniciens supérieurs, pour accompagner son développement.

La ligne pilote permettra d’assembler indifféremment des machines de 10 kW et de 40 kW en attendant que la gamme des volants s’étoffe. Sa cadence pourra s’améliorer progressivement jusqu’à 500 machines par an.

Pour Louis SCHWEITZER, commissaire général à l’investissement :
« C’est un beau projet innovant et performant en matière d’efficacité énergétique, et qui contribue à la réindustrialisation de la France dans une technologie de pointe. On est au cœur du programme d’investissements d’avenir : excellence, innovation et coopération entre collectivités publiques et entreprises. »

Pour Philippe ADNOT, sénateur, président du Conseil départemental de l’Aube, qui suit depuis plus de 10 ans le projet FLYPROD : « Avec cette réalisation, l’Aube réaffirme sa place de  territoire d’exception pour l’innovation ».

* Le  volant d’inertie LEVISYS : un rendement encore jamais atteint

Le volant d’inertie LEVISYS est constitué d’une masse tournante en fibre carbone entraînée par un moteur électrique. L’apport de l’énergie électrique permet de faire tourner le rotor à des vitesses très élevées (au-delà de 10000 tours /mn) en quelques minutes. Une fois lancé, le rotor, en sustentation magnétique, continue à tourner avec très peu de frottement (rendement supérieur à 97 % jamais atteint jusqu’alors), même si plus aucun courant ne l’alimente. L’énergie est alors stockée dans le volant d’inertie sous forme d’énergie cinétique. Elle pourra ensuite être restituée instantanément lorsqu’on freine le volant en utilisant le moteur comme générateur électrique, entraînant la baisse de la vitesse de rotation du volant d’inertie.

 Retrouvez tous les détails du projet ici.

Partager cet article :
| Autres

A voir aussi : Toutes les actualités Entreprises, innovation Toutes les actualités de la catégorie Economie

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas