page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Maison centrale de Clairvaux: la mobilisation reste intacte pour empêcher la démolition

Maison centrale de Clairvaux: la mobilisation reste intacte pour empêcher la démolition

Un nouvel appel au rassemblement a été lancé par le syndicat FO (majoritaire chez les surveillants de Clairvaux) pour vendredi 28 avril à 18 heures, sur le site de Clairvaux.

27 avril 2017

Il y a un an jour pour jour, le  27 avril 2016,  Jean-Jacques Urvoas (Ministre de la Justice) annonçait la fermeture de la prison de Clairvaux à l’horizon 2022. 
Un an après, le territoire de l’Aube et de la Haute-Marne est plus que jamais mobilisé contre cette décision-surprise jugée arbitraire, incohérente et incompréhensible.
Un arrêté préfectoral du 24 mars 2017 a mis le feu aux poudres, en autorisant la démolition de 2 bâtiments et des ateliers de maintenance de la prison.

Mardi 2 mai 2017 à 15 heures s’ouvrira ainsi une audience publique très attendue au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Marne). La juridiction aura à examiner la « requête en référé suspension » introduite  par la commune de Ville sous La Ferté, le 7 avril dernier, suite à cette autorisation de démolition.  En cette période d’entre-deux tours de l’élection présidentielle, l’objectif est de jouer la montre et « d’empêcher tout début de commencement de démolition ». Défendue par l’avocat lyonnais Me Sylvain SALLES (Cabinet AXONE Droit public) et soutenue dans ses démarches par la communauté de communes de Bar-sur-Aube et par le Conseil départemental de l’Aube, Ville sous La Ferté (commune siège de la prison) a déposé, parallèlement, un 2e  recours  sous la forme d’une requête introductive d’instance.

En attendant le « voyage » à Châlons-en-Champagne, un nouvel appel au rassemblement a été lancé par le syndicat FO (majoritaire chez les surveillants de Clairvaux) pour vendredi 28 avril à 18 heures, sur le site de Clairvaux.
Assorti d’un barbecue, ce rassemblement, qui verra se succéder de nombreux élus (maires, conseillers municipaux, départementaux, régionaux, parlementaires de l’Aube et de la Haute-Marne…) se veut le plus ouvert possible à la population.

Il s’agit de rappeler, haut et fort, que le motif invoqué (la « vétusté ») est parfaitement infondé ; que Clairvaux contribue efficacement à la lutte contre la radicalisation… et qu’investir 16 M€ de travaux dans sa fermeture (comme il a été annoncé), est une parfaite incongruité à l’heure où l’on parle de créer 10 000 à 16 000 places de prison en France
Sans compter les conséquences économiques, sociales et humaines du départ de 200 familles d’un territoire déjà fragilisé par le déclin économique…

Partager cet article :
| Autres

A voir aussi : Toutes les actualités Collectivités Toutes les actualités de la catégorie Qualité de vie

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas