page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Sécurité dans les transports scolaires Le Conseil général de l'Aube lance l'opération "sortir vite"

Afin de sensibiliser les collégiens à la sécurité dans les cars, le Conseil général organise des actions de prévention au sein du transport scolaire. Rien de tel qu’un exercice grandeur nature pour permettre aux adolescents d’acquérir les bons réflexes. C’est l’opération « Sortir vite ».

23 septembre 2009

  • Le concept

Opération "sortir vite" : 4 à 5 000 élèves en 2009 / 2010
Les élèves commencent par visionner une vidéo exposant les règles élémentaires de bonne tenue et de sécurité dans un autocar, puis il y a un temps d’échanges dans le car.
Ensuite, passage aux exercices pratiques qui se déroulent en deux temps :

  • Premier essai chronométré avec sortie par la porte avant de l’autocar sans consigne particulière. Il est suivi d’une séance de commentaires sur les erreurs commises et d’explications des consignes visant à fluidifier les déplacements dans le car.
  • Deuxième évacuation, cette fois par les deux portes, bien plus rapide puisque mieux ordonnée. Idéalement, elle prend 15 secondes.

Une évacuation idéale prend 30 secondes pour un car entier (57 passagers). En cas d'incendie, au-delà de ce délai, l'oxygène se raréfie et la température augmente dangereusement.

Menée jusqu’alors dans les établissements qui en faisaient la demande, le Conseil général a décidé de proposer l’opération « Sortir vite » de manière plus large. Ces exercices sont organisés en partenariat étroit avec les transporteurs et établissements scolaires.

Le coup d’envoi de l’opération « Sortir vite » a été donné dans le cadre de la semaine de la sécurité routière (16 au 22 septembre 2009). Au cours de la journée du 18 septembre, 6 classes de sixième du collège Le Noyer-Marchand de Romilly-sur-Seine se sont prêtées à l’exercice, que les élèves utilisent ou pas les transports scolaires au quotidien.

Sont également au programme : l’école de Rosnay-l’Hôpital, le collège Amadis-Jamyn de Chaource et le collège Othe-et-Vanne d’Aix-en-Othe.

Un brassard rétro réfléchissant sera distribué à chaque élève participant. Le port de ce brassard leur permettra d’être bien vu des automobilistes et autres usagers de la route.
4 à 5000 élèves pourraient participer à un exercice d’évacuation au cours de l’année scolaire 2009 / 2010. Ces exercices se poursuivront pendant les prochaines années scolaires.

  • D'autres actions pour renforcer la sécurité dans les cars

Au fur et à mesure de leur renouvellement, les autocars affrétés aux transports scolaires sont équipés de ceintures de sécurité. A ce jour, près de 60% des véhicules en sont équipés.
Le service des transports du Conseil général en étroite collaboration avec les transporteurs et les Mairies organise des commissions locales de sécurité qui permettent de veiller à l'aménagement sécurisé des arrêts de cars scolaires.
Pendant la campagne scolaire, un rappel des consignes de sécurité est effectué lors des contrôles des titres de transport.
Le Conseil général encourage la présence d'accompagnateurs dans les cars scolaires transportant des enfants de moins de 6 ans.
La formation des chauffeurs : outre les formations obligatoires que doivent suivre les chauffeurs dans les 12 mois de leur embauche avec une actualisation de ces enseignements, ils suivent une formation continue d'une journée tous les 4 ans dont l'objectif principal est de leur apporter des éléments de réponse pour savoir faire face à toutes les situations à l'égard des élèves (gestion des conflits et relation avec les élèves, gestes de premiers secours etc.).
Une formation sur les mêmes thèmes est organisée par le service des transports pour les accompagnateurs présents dans les cars sur demande des Syndicats de transport scolaire.
18 autocars affrétés au transport scolaire sont équipés de système de vidéosurveillance. Ces caméras jouent un rôle préventif en dissuadant les élèves d'agir non conformément au règlement départemental de discipline des transports ainsi qu’un rôle "coercitif" en permettant aux forces de l'ordre d'identifier le ou les auteurs de faits répréhensibles (agression physique, dégradation du car etc.).

  • Le Conseil général, responsable du transport scolaire

Le transport scolaire sous la responsabilité du Conseil général
Les transports scolaires ont vu le jour dans le département de l’Aube dans les années 50. Dès 1979, le Conseil général a décidé de leur gratuité. Leur organisation revenait soit au Département, soit aux communes ou leurs groupements, soit aux établissements d’enseignement ou encore aux associations de parents d’élèves. Après 1984, dans de la cadre de la mise en œuvre de l’acte I de la décentralisation, le Conseil général prend la responsabilité globale des transports scolaires (en dehors de Troyes et Romilly-sur-Seine où il existe un plan de transport urbain).
L’un des objectifs de la gratuité des transports est de contribuer à l’égalité des chances. Elle participe aussi à l’aménagement du territoire. Elle s’applique en dehors des zones urbaines de Troyes et Romilly-sur-Seine.
Transports scolaires : 15,5 millions d’euros pour l’année scolaire 2008/2009.

Le transport scolaire regroupe le transport des élèves :
- sur les lignes exclusives ne fonctionnant que pendant les périodes scolaires,
- sur les lignes régulières de cars et de la SNCF,
- le transport d’élèves et étudiants handicapés,
- ainsi que les transports exceptionnels.

Au cours de l’année scolaire 2008/2009, 17 720 élèves ont été transportés (16 000 en  2001) :
- 870 internes, 3 710 externes et 13 140 demi-pensionnaires,
- 7 000 élèves du 1er degré et 10 720 du 2nd degré,
- 806 € de coût moyen par élève contre 788 € en 2007,
- 280 circuits scolaires sur l’ensemble du département,
- 29 300 km parcourus chaque jour,
- 4,5 millions de km parcourus sur une année scolaire,
- Environ 240 véhicules pour près de 30 exploitants.

A ces chiffres s’ajoutent les dépenses de surveillance liées aux transports scolaires de l’ordre de 72 000 € en 2008. En effet, le Conseil général assure la prise en charge du temps de surveillance entre le moment d’arrivée des cars et le début des cours, et, pour le retour, entre l’heure de sortie des cours et le départ des cars.
Par ailleurs, le Conseil général participe aux transports scolaires de l’agglomération troyenne à hauteur de 340 000 €.

Partager cet article :
| Autres
Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas