page accueil www.cg-aube.fr

Maison

Le traitement des routes en cas de verglas ou neige

Trois niveaux de service et de priorité, adaptés aux besoins des usagers

Route verglasTraiter 4 500 kilomètres de routes simultanément relève de l'impossible. La capacité de traitement de la collectivité, en une seule intervention, est comprise entre 900 et 1 200 kilomètres (selon la largeur des chaussées).

Les interventions sont donc hiérarchisées et les moyens mis en oeuvre sont adaptés au niveau de priorité. Ce dernier dépend :

  • des besoins des usagers (particuliers, entreprises, transporteurs),

  • de l'optimisation des coûts,

  • de la nécessité d'assurer la continuité des itinéraires traités.

L'objectif  principal défini par le Département est le désenclavement de l'ensemble des communes de l'Aube.

Les circuits de déneigement sont basés sur 3 niveaux de priorité.

Code Routes concernées Longueur Priorités d’intervention
P1 Grands axes répondant aux besoins du plus grand nombre d’usagers :
• axes convergeant vers l’agglomération troyenne depuis les départements voisins,
• routes reliant les chefs lieux de cantons.  
 862 km Routes traitées en priorité. 
Ce niveau est traité intégralement, dès la première intervention.
Le Département y consacre alors l’ensemble de ses moyens.
P2 Réseau complémentaire de désenclavement de l’ensemble des communes.
Ce niveau intègre « LA meilleure route » pour chacune des communes, c’est-à-dire celle qui est empruntée par le plus grand nombre d’usagers.
1 292 km Réseau traité en 2e intervention, dès que le réseau P1 est praticable (dès que les traces de roues sont libres de toute présence de neige ou verglas).
Ouverture à la circulation d’au moins 1 route, pour toutes les communes non classées en P1.  
P3 Autres routes 2 346 km Déneigement engagé dès que P1 est « mis au noir » et que le réseau P2 est devenu praticable à son tour (traces de roues libres de toute présence de neige ou de verglas).

La RN77 de la rocade de Troyes jusqu’à la limite de l’Yonne est classée nationale. Elle est donc gérée par la Direction interdépartementale des routes – DIR Centre-Est (service de l’Etat).

Consultez la carte des priorités de déneigement

Les pratiques de traitement des routes

Panneau verglasLe traitement des routes est décidé selon les critères suivants :

  • la sécurité, primordiale, des usagers,
  • le respect des priorités de traitement,
  • la réelle efficacité des traitements en fonction du trafic et des phénomènes météorologiques.

Les traitements contre le verglas :

  • Afin d'assurer la sécurité des automobilistes, le Département tâche de retarder la formation du verglas en pré-salant les routes.

Les traitements contre la neige :

  • Le sel n'est pas le remède ad-hoc, le raclage est plus efficace et répond à un objectif de praticabilité.

Cas, très exceptionnel, des pluies verglaçantes et des pluies en surfusion :

  • Traitement au coup par coup. Les modalités à mettre en œuvre sont en effet extrêmement variables car étroitement dépendantes des conditions météorologiques du moment : intensité de la pluie, durée de la précipitation, capacité frigorifique de la chaussée…

Limiter la consommation de sel

Limiter la consommation de sel est une question d'efficacité, de budget et d'environnement. 

  • L'efficacité du sel est très étroitement liée à l'intensité de la circulation. Sur une route peu pratiquée, où le sel ne sera donc pas brassé avec la neige sous le passage des roues, il sera inefficace.

  • Le coût du sel est de plus en plus élevé. Pour le seul budget du Département de l'Aube ce poste de dépense a représenté en 2010 1,08 million d'euros et en 2014, alors que l'hiver avait été plus clément, 56 000 euros.

  • Le sel déversé sur les chaussées a un impact négatif sur l'environnement, tant au niveau des nappes phréatiques que du point de vue de la végétation. Une attention particulière sur les dosages mis en oeuvre est nécessaire.

Le salage « préventif »

L'usage du sel est en priorité réservé à la réalisation de traitements dits "préventifs".
Le salage avant l’arrivée des premiers flocons présente plusieurs avantages :

  • déposé sur la route avant l’arrivée des premiers flocons, le sel limite l’adhérence de la neige sur la chaussée, notamment quand elle se compacte sous l’effet du trafic ou qu’elle se transforme en verglas,
  • en cas de raclages, cette couche de sel n’est pas éliminée. Coincée entre la chaussée et la neige, elle continue de faire effet,
  • toujours présente lors du radoucissement, elle accélère alors l’évacuation de la neige.

Un seul salage a lieu avant la neige :

  • salage « préventif » sur le réseau P2, moins circulé : jusqu’à une douzaine d’heures avant les premiers flocons,
  • salage « précuratif » sur le réseau P1 le plus circulé : 1 à 2 heures seulement avant les premiers flocons, afin d’éviter l’élimination du sel par la forte circulation, notamment des poids-lourds.

Le recours au sable préférable sur les routes les moins circulées

Le sable peut remplacer le sel sur les routes les moins circulées (réseau P3). En effet, le sel s’avère inefficace en cas de neige durable, s’il n’est pas intensément brassé avec la neige par le passage des roues. Si, après raclage, la neige résiduelle se transforme en glace, le sable, déposé dans les côtes, augmentera la rugosité de la chaussée et donc l’adhérence des pneus.

Le recours au raclage

Pour rendre les routes enneigées plus vite praticables, le Département a recours au raclage. L’intérêt du raclage est :

  • d’accroître la praticabilité de la route, en réduisant l’épaisseur de la couche de neige résiduelle à 1 ou 2 cm,
  • de réduire le besoin en sel, qui est proportionnel à la quantité de neige résiduelle.

Le Département se montre particulièrement vigilant sur la qualité du matériel, lors du renouvellement des lames et rabots de déneigement, et lors du remplacement des lames d’usure en caoutchouc.

La gestion des transports scolaires

Les itinéraires de transports scolaires (désormais sous la responsabilité de la région Grand Est) concernent la quasi-totalité des routes gérées par le Département. Comme il n’est pas possible de garantir une « route au noir » sur les 4 500 km de routes départementales avant 6h30 tous les jours, les transporteurs ont l'obligation d'équuper leurs cars pour faire face aux intempéries.

Traversées d’agglomérations

Quand une commune est située sur un circuit de déneigement, le Département assure la continuité de la circulation en salant et déneigeant sa traversée en continuité de l'itinéraire traité.

Lorsque ce n'est pas le cas, le Département dégage au moins une route pour désenclaver la commune. Dans ce cas, les camions du Département effectuent généralement un demi-tour sur la place du village.

Accueil Plan du site Crédits et mentions légales Accessibilité réalisation Business & Decision Eolas