page accueil www.cg-aube.fr

En un clic

Une année, une thématique culturelle

Depuis 2009, le Département de l'Aube instaure des thématiques culturelles annuelles qui, à travers un vaste programme de manifestations, permettent de révéler des pans méconnus du patrimoine et de l'histoire de l’Aube.

Ressources

Documents

 

▪ Arkéaube :
- dossier de presse
- dossier enseignant
▪ Essoyes, village des Renoir
- dossier de presse
▪ L’Aube en 1916 :
- dossier de presse
▪ Clairvaux 2015 :
- dossier de presse
▪ 1814, la C(h)ampagne de Napoléon :
- dossier de presse
▪ L’Aube, capitale européenne du vitrail :
- dossier de presse
▪ Templiers – une histoire, notre trésor :
- dossier de presse
▪ Chefs-d’œuvre de la sculpture en Champagne :
- dossier de presse
- dossier enseignant

 

Liens

 

arke.aube.fr
renoir-essoyes.fr
www.clairvaux2015.fr
www.cite-vitrail.fr
www.aube-templiers-2012.fr
www.sculpture-en-champagne.fr

Le patrimoine au service du développement

À chaque fois …
▪ l'objectif est double :

  • faire en sorte que les habitants s'approprient les richesses de leur territoire (renforcement de l'identité, fierté...) ;
  • développer l'attractivité et donc l'économie du département (en renforçant son image et sa notoriété).

▪ le principe est le même :

  • s’appuyer sur un discours scientifique et historique crédible (comités d’experts locaux et nationaux) ;
  • traduire ce patrimoine immatériel en actions au service de l’animation et de la promotion de l’Aube (expositions-événements, conférences, colloques, etc.) ;
  • mobiliser les acteurs (collectivités, associations, enseignants, etc.) et fédérer les initiatives locales afin d’insuffler une dynamique durable sur le territoire ;
  • orchestrer la promotion de l’ensemble de l’opération.

2020 : le Traité de Troyes entre la France et l’Angleterre


En savoir plus

2018-2019 : richesses archéologiques de l'Aube

En coproduction avec l’Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap), le Département a présenté plus de 200 objets issus d'une quarantaine de communes de l'Aube à l'occasion de fouilles préventives ou de découvertes plus anciennes. Des premiers paysans (-5300) au prince de Lavau (-450), Arkéaube a retracé l'histoire des hommes qui ont peuplé l'Aube, évoquant, au passage, les relations qu'ils ont entretenues avec les populations proches et lointaines, des premières sédentarisations... jusqu'au "phénomène princier" il y a 2500 ans. Le  public (plus de 40 000 visiteurs) a pu admirer, pour la première fois, les tout premiers objets extraits de la tombe du prince de Lavau.

2017 : Essoyes, village des Renoir

Le Département a accompagné l’ouverture au public de la maison de famille des Renoir à Essoyes, ce « petit coin de Champagne » dont on ignore souvent le rôle fondamental qu’il a joué dans la vie (et dans l’œuvre !) de Pierre Auguste Renoir.
En savoir plus sur Essoyes et Renoir

2016 : l’Aube, à l’arrière du front en 1916

Sous l’égide de la Mission Centenaire 1914-1918, le Département a révélé comment, durant la Grande Guerre, l’Aube, à proximité immédiate du front de Champagne, est devenue un centre stratégique pour le soutien matériel et sanitaire nécessaire à la survie des soldats. Les établissements publics, notamment scolaires, furent réquisitionnés puis aménagés en hôpitaux et centres de soins, pour accueillir des milliers de blessés. Les industries, quant à elles, participèrent aux besoins de la Défense nationale, en produisant des obus et des effets militaires.

2015 : l’Abbaye cistercienne de Clairvaux

L'Aube en Champagne a célébré les 900 ans de l'abbaye de Clairvaux, un événement inscrit au calendrier des commémorations nationales 2015. Cette abbaye a été fondée en 1115 par saint Bernard, qui rayonna dans l'Europe cistercienne, avant de devenir la plus grande prison de France au XIXe siècle.
En savoir plus sur l'abbaye de Clairvaux

2014 : la Champagne de Napoléon

Terre de jeunesse de Napoléon, théâtre de nombreux combats, l’Aube en Champagne a commémoré le bicentenaire de la campagne de France de 1814, attirant plus de 25 000 visiteurs. L’histoire de l’Empereur a commencé dans l’Aube. C’est en effet à Brienne-le-Château qu’il est “né militaire”. C’est à Pont-sur-Seine qu’il installera sa mère. Et c’est à Troyes que Napoléon fait par deux fois étape, en 1805 sur la route de Milan, puis en 1814, lors de la campagne de France.

2013 : le vitrail

L’Aube en Champagne peut légitimement revendiquer le titre de capitale européenne du vitrail. Depuis la cathédrale de Troyes jusqu’aux modestes églises rurales, l’Aube présente en effet une collection de vitraux unique en Europe. Nul autre territoire n’offre, à la fois, une telle abondance, une telle qualité, ni une telle densité. Répartis dans quelque 200 églises, ses 9 000 m2 de verrières offrent un panorama complet de l’art du vitrail du XIIe au XXIe s. – avec une exceptionnelle représentation du Beau XVIe. Le Département a ouvert, à Troyes, un établissement dédié au vitrail, la Cité du Vitrail.

2012 : les Templiers

L'Aube en Champagne, berceau de l'ordre du Temple, a fait revivre à plus de 58 000 visiteurs l'histoire des Templiers et percer les secrets des moines-soldats du Moyen Âge, de Troyes à la forêt d'Orient. Fondateur et premier maître du Temple, Hugues de Payns est natif d’un village proche de Troyes. Et c’est au concile de Troyes de 1129, que la règle de l’Ordre fut rédigée et adoptée sous l'égide de Bernard de Clairvaux. La Champagne a fourni des figures majeures de l’ordre du Temple et des croisades. Au Moyen Âge, sous l’impulsion des comtes de Champagne établis à Troyes et à Provins, elle fut, par excellence, la terre des aventuriers de l’Orient…

2009 : la sculpture champenoise du "Beau XVIe" siècle

Par son rayonnement national et international (plus de 70 000 visiteurs), l’exposition « Le Beau XVIe : chefs d’œuvre de la sculpture en Champagne » a fait connaître l’Aube pour sa collection unique de sculptures du XVIe siècle. La production artistique champenoise du Moyen-Âge et de la Renaissance offre un ensemble de sculptures d’exception concentré en grande partie sur l’Aube, mais aussi présent dans la Marne, la Haute-Marne, les Ardennes, l’Yonne et la Seine-et-Marne. Preuve de leur qualité exceptionnelle, ces sculptures sont également visibles dans les plus grands musées du monde : Musée de Cleveland (Ohio, Etats-Unis), Metropolitan Museum (New York, Etats-Unis), Victoria and Albert Museum (Londres, Royaume-Uni), Musée du Louvre, Musée de Cluny et Musée national de la Renaissance à Ecouen (Val d’Oise).

Remonter
Crédits et mentions légales Accessibilité Plan du site Contact Réalisation Business & Decision Eolas